Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1148372
 317  [ TRUMEAU j 
deux linteaux et le tympan qui les surmonte reposent solidement sur 
les deux eneorbellements de ce pilier central (voyez fig. l). La statue de 
saint Jean-Baptiste, vetu d'une robe et d'une peau, portant l'agneau 
dans un nimbe, occupe l'axe du pilier; il precede, pour ainsi dire, 
Fassemblee qui garnit le tympan. A sa droite et a sa gauche sont deux 
figures de prophetes, et ses pieds reposent sur un beau chapiteau. 
L'intention evidente de l'architecte a ete de laisser l'espace le plus large 
possible pour la foule, et de soulager la portee des linteaux au moyen 
de ces puissantes saillies laterales decorees de figures. Quand les vantaux 
sont ouverts, l'effet de ce trumeau se detachant sur le vide de la nef est 
imposant. Rien, dans Yantiquite, ne rappelle ces formes, ces silhouettes 
d'un effet etrange. L'artiste qui a compose cette porte, qui a profile ec 
trumeau, savait son metier. La nulle hesitation, la decoration est en par- 
faite harmonie avec la structure, et, en examinant cette (DIIVFG, Yidee ne 
vous vient pas qu'elle püt etre conque autrement. Il est rare que les tru- 
meaux de portes aient cette ampleur magistrale. Pendant le X110 siecle, 
ils ne consistent qu'en une pile que l'architecte projette aussi grele que 
possible pour ne pas gener la circulation, et qui est decoree habituel- 
lement par la statue du personnage divin ou du saint sous le vocable- 
duquel est placee Feglise. C'est sur ces donnees qu'est compose le tru- 
meau de la porte centrale occidentale de la cathedrale de Sens (fig. 2); 
cette porte date de 41170 et fut restauree a la fin du X1112 siecle. La statue 
de saint Etienne, patron de Yeglise, deeore le trumeau, sur les parois 
duquel s'elevent des ornements du meilleur stylef. Les bas-reliefs qui 
deeoraient la partie inferieure du pilier ont ete mutiles a la fin du der- 
nier siecle. 011 voit, a la porte Sainte-Aune de la cathedrale de Paris 
(cote droit de la faeade), un trumeau un peu anterieui" a celui-ci, sur la 
face duquel se dresse la statue de saint Marcel. Sous les pieds du saint 
GSL represente le sepulcre de la femme damnee qui servit d'habitation 
T111 dragon tue par le saint eveque, dont la tete est protegee par un dais. 
Les piliers separatifs des portes etaient traites d'une maniere beaucoup. 
plus simple, lorsque Fedilice ne comportait pas une deeoration luxueuse. 
Nous donnons ici (fig. 3) le trumeau de la porte principale de Feglise 
de Souvigny (Yonne), eglise de la fin du x1? siecle, batie avec une 
extrerne simplicite. Ce trumeau est un monostyle quadrangulaire decore 
D211" une colonnette prise aux depens de Fepannelage, et surmonte de 
deux corbeaux qui sont destines a soulager la portee des linteaux. 
Ce n'est certes pas par la richessedes details que se recommande 
ce morceau de pierre; cependant la purete des profils, Felegance du 
trace, en font une de ces ceuvres qui plaisent aux yeux. Les belles epo- 
(llles de l'art ont seules le secret de charmer par leurs productions les 
plus simples aussi bien que par leurs splendides conceptions. Quand 
un art n'a plus, pour plaire, d'autres ressources que la profusion de la 
Voyez SCULPTURE, fig. 52.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.