Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1145416
 21  [ TOMBEAU ] 
cathädrale de Reims, ces tirants ätaient de fer, avec des (cils passant 
dans des crochets qui sont restcs en place. [l est peu de voütes de colla- 
tcraux oü l'on n'ait l'occasion (l'observer la trace de ces tirants. 
TOILES (PEINTES). On employait souvent, pendant le moyen äge, les 
toiles peintes pour tapisser les interieurs des appartements et pour 
(leeorer les grandes salles et eglises. Le tresor de la cathedrale de Reims 
possede encore un certain nombre de toiles peintes de la fin du Xve sieele, 
qui sont d'un grand interet. Ces toiles, dans les interieurs des ehäteaux 
et hotels, etaient nttachees il des ehässis, ou simplement suspendues 51 
(les tringles de bois ou de fer. Les clotets, ces cabinets qu'on impro- 
visait dans les grandes pieees, etaient souvent composes de simples 
(TlläSSlS (le-bois tendus de toiles peintes. (Voyez le Dictionnaire du mobehcr 
franücais.) 
TOMBEAU, s. m. (sepoztture, sepoulture, tumbc). De tous les monuments, 
les tombeaux sont ceux qui presentent peut-etre le sujetle plus vaste 
aux etudes de Farcheologue, de l'ethnologue, de l'historien, de l'artiste, 
etvoire du philosophe. Les civilisations, a tous les degres de Pechelle, 
ont manifeste la nature de leurs croyances en une autre vie par la faeon 
dont elles ont traite les morts. Supprimez toute idee de la duree de 
l'individu au dela de l'existence terrestre, et le tombeau n'a plus de 
raison d'etre. Or, depuis les races superieures jusqu'aux noirs du sud 
de l'Afrique, on voit, en tout temps, les hommes ensevelir leurs morts 
avec Fidee plus ou moins nette d'une prolongation ou d'une transfor- 
mation (le l'existence. On pourrait faire l'histoire de Fhumanite a l'aide 
des tombeaux, et le jour oü un peuple cessera de perpetuer Findividualite 
des morts par un monument, un signe quelconque, la societe, telle du 
moins qu'elle a vecu depuis les temps historiques, aura cesse (Pexister. 
Le culte des morts est le ciment qui a constitue les premieres societes, 
qui en a fait des institutions permanentes, des nationalites, Uest-a-dire 
la solidarite du present avec le passe, la perpetuite des tendances, des 
aptitudes, des desirs, des regrets, des haines et des vengeances. Faites 
que les morts, chez un peuple, soient confondus dans un engrenage 
administratif de salubrite, et traites däceizzment, mais comme une matiere 
dont il faut hater 1a decomposition pour en rendre le plus tot possible 
les elements ä la nature inorganique, ainsi qu'on traite un engrais; faites 
que cela entre dans les moeurs et leS nationalites, ces agglomerations 
traditionnelles, puissantes et vivaces, ne seront plus que des sooictes 
anonymes constituees pour... tant (Fannees, a moins de supposer toutefois 
que les idäeg metaphysiques les plus abstraites sur l'existence de l'aime 
soient communement acceptees comme elles peuvent Fetre par une 
demi-douzaine de philosophes au milieu d'un pays de plusieurs millions 
d'habitants. Il sera bien difficile de faire admettre Yindifference absolue 
pour la depouille perissable d'une personne qu'on a aimeeb, respectee
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.