Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1148039
283 
TIKIFORIUM 
l'arc D, qui n'est plus qu'un simulacre, puisque le veritzilale arc de 
decharge est en C, beaucoup plus bas et simplement bombe (voy. la 
coupe). Le triforium ainsi retreci n'ayant plus a etre couvert par un 
comble en appentis, mais simplement par un dallage G (voy. la coupe), 
on pouvait ouvrir les fenetres hautes immediatement au-dessus de 
l'arc D (voy. la fig. 7), et meme, si le constructeur n'avait pas tenu a la 
conservation de cet arc, il eüt pu descendre l'appui de la fenetre jusquüi 
ce dallage G. Bien entendu, ce parti exigeait imperieusemcnt la structure 
(Yarcs-boutants pour maintenir les hautes voütes, car on n'avait plus la 
ressource des demi-pignons noyes sous les combles en appentis du trifo- 
rium voüte, pour remplir cette fonction, ainsi que cela avait etc pratique 
a Saint-Germer. 
Un autre monument, contemporain de Feglise de Saint-Leu d'Esse- 
rent, donne a la fois le triforium avec voütes et le triforium etroit eclaire 
par des fenetres : c'est la petite eglise de Moret (Seine-et-Marne). Les 
parties paralleles du chceur de cette eglise posscdziient une galerie de 
premier etage ou triforium voüte au-dessus des ailes; mais l'abside, 
semi-circulaire, sans collateraux, possede, ail-dessus d'un Fiillg de fene- 
tres basses, un triforium dont la composition originale nous montre 
une suite de lunettes ou roses sans meneaux, entre lesquelles est menage 
un passage. La vue perspective (fig. 7 bis) explique cette singuliere struc- 
ture. En A, est le triforium projete conformement a la methode de l'Ile- 
(le-France, dest-a-dire voüte. Un degre pose derriere le parement B 
monte au triforium de l'abside, qui n'est plus qu'un passage traversant 
les piles et s'ouvrant sur le dehors et sur Pinterieur de Feglise par des 
roses. On remarquera que ces roses (voy. le plan en P) ne sont pas per- 
cees normalement a la courbe de l'abside, mais sont biaisees de maniere 
a etre vues de Fentrce du chceur. Penetrant un cylindre, ces oeils n'ont 
jamais etc garnis de meneaux g leurs vitraux, qui sont poses dans le cercle 
exterieur, ne sont maintenus que par des armatures de fer. Les details 
de cette partie de Feglise de Moret sont du meilleur style des premieres 
annees du X1110 siecle. Il ne faut point oublier qu'a Peglise de Mantes 
(Seine-et-Oise), il existe un large triforium voüte comme celui de la 
cathedrale de Paris, eclaire par des roses ou (cils circulaires, et que ce 
triforium, au-dessus du collattärzil de l'abside, presente une disposition 
qui, bien que concue (Fapres des donnees tries-monumentales, parait 
avgir fgupni Pidäg de. 1a COIHPOSlÜlOH ClG celui de MOFBÜ. LB tPlfOFlUIII 
absidal de Mantes date des dernieres annees du XIIÜ siecle. Soit que 
l'architecte ait voulu eviter les diflicultes resultant de la combinaison de 
voütes sur plan annulaire, soit qu'il ait craint la poussee de ces voütes 
ä Fexterieur du cylindre (poussee qui, a Notre-Dame de Paris, est neu_ 
tralisee par une suite düircs-boutants assez compliques, eleves sur le 
second collateral), parce qu'il n'avait qu'un bas cote et que la construc- 
tion etait faite evidemment avec parcimonie; le fait est que cet archi- 
tecte a voüte le triforium absidal de Feglise de Mantes au moyen d'une
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.