Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1148002
TIÜFORIUM 
280 
le sol de la galerie. Des balustrades de bois ou de fer, placees entre ces 
colonnes, permirent alors aux assistants, dans les tribunes, de voir le 
pave de Feglise. Le parti mi-roman, mi-gothique, adopte a Saint-Ger- 
mer, conserve les fenetres hautes M (fig. 5) de la basilique primitive, 
grace a l'application du systeme de voütes d'arete en arcs d'ogive, tout 
nouveau alorsl. Cependant ces fenetres superieures, tres-elevees au- 
dessus du pave de Yeglise, n'eelairaient guere que les veütes; les fenetres 
percees dans le mur du triforium (voy. la coupe en P) etaient trop eloi- 
gnees de la claire-voie pour pouvoir donner de la lumiere a Finterieur du 
vaisseau sur le sol; d'autant que ce triforium est bas, profond et que le 
bahut fait ecran. L'architecte du cmur de Notre-Dame de Paris adopta 
resolüment un autre parti; comme nous venons de le dire, il supprima 
le bahut et eleva la voüte du triforium. Le maitre qui, peu apres, vers 
1195, construisit la nef de la meme eglise, ameliora encore, au point de 
vue de l'introduction de la lumiere dans la partie centrale du vaisseau, 
les dispositions prises par son devancier. Il construisit les voütes du 
triforium transversalement rampantes, atin de demasquer completement 
les fenetres de cette galerie pour le publie qui se tenait sur le pave de la 
nef. A l'article CATHEDRALE (fig. 2, 3 et li), nous rendons compte de cette 
disposition, assez clairement pour qu'il ne soit pas necessaire d'y reve- 
nir ici. A Notre-Dame de Paris, des roses remplacent les fenetres rectan- 
gulaires qui, dans Yeglise de Saint-Germer, sont ouvertes dans le mur 
auquel le comble en appentis est aclosse. Le passage de service interieur 
qui, a Saint-Germer, surmonte ces fenetres, n'existe pas a Paris, mais il 
existe a la cathedrale de Noyon "l; et 1a, comme dans le croisillon semi- 
circulaire de la cathedrale de Soissons, c'est un deuxieme triforium, ou 
galerie etroite avec claire-voie en facon d'arcature, qui remplace les 
roses et les fenetres rectangulaires? 
Ces larges triforiums voütes etaient d'une construction dispendieuse 
et ne pouvaient convenir qu'a d'assez grands ediiices. lls exigeaient, 
pour trouver des fenetres dans les tympans des voütes hautes, une 
surelevation des murs, afin d'adosser les combles en appentis qui cou- 
vraient les galeries de premier etage. Leur utilite ne se faisait sentir que 
lors des grandes solennites, et encore les deux ou trois premiers rangs 
de fideles pouvaient, de ces galeries, voir ce qui se passait dans Feglise, 
si toutefois, comme a Notre-Dame de Paris, a Mantes, a Saint-Remi de 
Reims, les bahuts de pierre etaient supprimes. Pour des eglises baties 
avec plus (Yeconomie et dans lesquelles il n'y avait pas d'occasion de 
4 Voyez CONSTRUCTION, OGIVE, TRAVEE, VOUTE. 
2 Voyez TRAVEE, fig. 5. 
3 Voyez, 51 l'article ARCHITECTURE nnucmusz, la vue perspective du beau triforium 
voütä (lu bras de croix sud de la cnthcdrale de Soissons. Voyez aussi, il l'article CON- 
STRUCTION, fig. M et 113, la disposition du triforium du choeur de Fcglise Notre-Dame de 
Chülous-sur-Marnc.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.