Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1147819
 251  [ TRESOR ] 
Il arrive souvent qu'un trefle inscrit trois autres trelles, ainsi que 
l'indique le trace B. (Voy. BALUSTRADE, FENETRE, MENEAU, ROSE.) 
Quelques auteurs ont voulu VOlF dans cette figure un symbole. Rien 
ne "vient appuyer cette opinion. Le trelle resultait tout naturellement 
de l'emploi tres-frequent du triangle equilzileral, dans l'architecture du 
moyen äge, comme figure generatrice (voy. PnoronTloN). Il avait l'avan- 
tage, pour les claires-voies des nieneaux, par exemple, de pouvoir 
inscrire facilement dans un arc en tiers-point ab des figures engendrees 
par le triangle equilateral. 
TREILLAGE, s. m. Claire-voie eomposee de lattes ou de bois legers 
reunis, pendant le moyen age, par des pointes ou de petites chevilles de 
bois; puis, vers la fin du xve sieele, par du fil de fer. 
Deja, vers la fin du X116 siecle, des treilles etaient etahlies dans les jardins 
prives, et, sous saint Louis, ce mode de former des berceaux avec de la 
vigne etait fort repandu. A cette epoque, les treilles du jardin du Palais, 
sur l'emplacement de la place Dauphine actuelle, etaient en grande 
reputation. Les treillages consistaient habituellement alors, si l'on s'en 
rapporte aux vignettes des manuscrits, en des bois souples croises, 
retenus par des pointes ou des liens d'osier quelquefois entrelaces. La 
mode des architectures en treillages ne parait pas remonter au delii du 
commencement du xvie sieele. (ffetait une importation italienne, et non 
point une des plus heureuses. 
TREILLIS, s. m. Gloture de fenetre de fer leger, mais tres-serree; sorte 
de grillage (voy. ee mot), mais capable d'opposer une resistance serieuse. 
Il est souvent question, dans les romans des Xllle et xive sieeles, de fene- 
tres ainsi "Lreillissees au dehors d'une maniere permanente (voy. GRILLE). 
On donnait aussi le nom de treillis 51 des grilles en faeon de chevaux de 
frise, pour defendre la contrescarpe des fosses des ehateaux. a Tout a. 
H Penviron de Plessis, il fist faire (Louis XI) un treillis de gros barreaux 
H de fer, et planter dedans la muraille des broches de fer, ayant plusieurs 
a poingtes, comme a Pentree par ou l'on eu pu entrer aux fosses dudit 
(f Plessis 1. n 
TRESOR, s. m. Piece reservce, E1 cete des eglises abbatialos et calhfz- 
drales, aussi dans les chäteaux, pour renfermer les objets les plus pre- 
Cieux, tels que vases sacres, reliquaires, pieces dbrfevreric, puis encore 
105 chartes, les titres, etc. 
La cathedrale de Paris avait son tresor alu-dessus de la sacristie 
(VOy. SACHISTIE, PALAIS). La sainte Chapelle du Palais, ä Paris, posse- 
dait egalement un joli ädifice annexe, qui contenait les saeristies et le 
Üäsor des chartes. De mäme, ä la chapelle du chäteau de Vincennes 
l Mämoires de Plzilippe de Comnzines, liv. VI, chap. vu.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.