Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1147421
[ TRANSSEPT ]  222  
Fannee et exposes au milieu de Feglisel. Ce programme trace pour la 
construction des eglises benedictines et cisterciennes, vers le commence- 
ment du x11" siecle, fut rigoureusementsuivi pendant les siecles suivants. 
Au contraire, nous voyons les plans des cathedrales s'elever en France, 
suivant les provinces, sur des plans varies, et, dans ces edifices, le trans- 
sept, si franchement et universellement adopte pour les eglises benedic- 
tines et cisterciennes, ne se montre que cit et la ou a une epoque relati- 
vement recente. Certaines eglises meridionales et du centre, comme la 
cathedrale d'Angouleme, comme celle d'Angers, du Mans (ancienne), de 
Langres, d'Autun, ont seules le privilege de posseder des transsepts accu- 
seszj, mais ces monuments sont anterieurs au mouvement qui, dans le 
Nord, fit reconstruire toutes les cglises episcopales. Nous avons suffisam- 
ment explique ailleurs la nature et l'importance de ce mouvement poli- 
tique, pour qu'il ne soit pas necessaire de revenir ici sur ce sujet. Il nous 
suffira de constater ce fait : que la majeure partie de ces cathedrales 
commencees pendant la seconde moitie du X110 siecle, dans le domaine 
royal, ont ete primitivement elevees sans transsept. Les cathedrales de 
Senlis, de Meaux, n'avaient point de transsept; celle de Paris fut certai- 
nement projetee sans cet appendice3; celle de Bourges n'en a point, et a 
Sens il est facile de reconnaitre comment il fut etabli longtemps apres 
la construction de Fcglise cathedrale. 
Des fouilles reeemment faites dans cet edilice, sur notre demande, 
par M. Lance, architecte diocesain, et relevees avec le plus grand soin 
par M. Lefort, inspecteur des travaux, ont mis 51 decouvert non-seule- 
ment les fondations, mais les assises basses des piles anciennes dans 
l'axe du transsept actuel. La figure 6 donne le plan de la partie poste- 
ricure de la cathedrale de Sens. Ce plan, restitue d'apres les fouilles, 
ne laisse voir qu'un embryon de transsept indique par les deux cha- 
pelles, C, C4. La nef et les collateraux sont divises par travees egalcs 
sans interruption, les espacements entre les piles sont meme dtune regu- 
larite parfaite. Alors (a la {in du XIIÜ sieele) la cathedrale de Sens se 
rattachait donc au plan qui semblait adopte pour les eglises episcopales 
du domaine royal, comme disposition generzile, bien qu'elle conservat 
des points de rapport avec les monuments de Champagne, et notam- 
ment avec la cathedrale de Langres 5. La place de Parcheveque etait en A 
et celle du maitre autel en B. A 1a fin du X1116 siecle, on commenca la 
1 Voyez ä ce sujet l'article ARCHITECTURE MONASTIQUE, 
7- Voyez CATHEDRALE, fig. M et 113, 27, 28 et 3h. 
3 Nous en avons acquis la preuve dans les fondations ct au-dcssus des voütcs rle la 
croisrie. Trbs-probablement on ne so (läcida, il Paris, 41 donner un irmlsscpt Il la catho- 
drale quütmprbs Pachbvcmcnt du chmur, dest-ühdirc apräS la 111011 (10 11111111100 de Sully. 
4 Les parties du plan ancien qui ont dtä ddmolies pendant les xmäxlv" et XVIÜ sibclcs 
sont haohäes.  
5 Voyez CATm-änRALE, fig. 28 et 30.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.