Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1147366
[ TRANSSEPT ]  216   
abbatiale de Saint-Savin, pres de Poitiers, qui date du x18 siecle, un 
transsept tres-accuse separe la nef du sanctuaire 1. 
Toutefois le transsept ne se manifeste pas de la meme maniere et en 
meme temps dans les ecoles diverses d'architecture religieuse de l'an- 
cienne Gaule. S'il semble inherent au plan de Teglise des provinces me- 
ridionales, il n'apparait que plus tard et d'une maniere moins franche 
dans les provinces du Nord. Quant aux eglises abbatiales, les plus an- 
ciennes, elles sont toujours pourvues de transsepts etendus. Cette dispo- 
sition etait commandee imperieusement par le service religieux des 
moines benedictins, et elle fut suivie par les cisterciens dans les con- 
structions qu'ils eleverent au X110 siecle. Ueglise abbatiale de Cluny 
possedait meme deux vastes transsepts separes seulement par deux 
travees de nefs 2. 
Avant l'adoption absolue des voütes dans la structure des eglises, la 
disposition des transsepts presentait deja aux architectes de serieuses 
difficultes; car, s'il est facile de poser des fermes de comble sur les murs 
paralleles d'une nef, il est moins aise de couvrir en charpente un espace 
carre en ne disposant que des angles comme points d'appui. Aussi, dans 
les basiliques les plus anciennes pourvues de transsepts, ou les murs de 
ces transsepts selevent au-dessus de ceux de la nef haute, et la charpente 
repose alors sur des arcs-doubleaux qui franchissent la largeur de la nef; 
ou au contraire les murs de la croisee sont plus bas que ceux de la nef, 
et c'est la charpente de celle-ci qui repose sur des arcs franchissant la 
largeur du transsept. Quelquefois aussi quatre arcs-doubleaux sont ban- 
des a l'intersection de la nef avec le transsept; sur ces arcs s'eleve une 
sorte de tour carree qui possede sa charpente speciale avec deux pignons, 
Cette disposition est adoptee, par exemple, dans Veglise conventuelle 
de Monreale, pres de Palerme 3, et dans la cathedrale de Cefalü (Sieile), 
baties toutes deux sous la domination normande, au XII" sieclc. Il y a 
tout lieu de croire que les eglises construites en France, dans le Nord et 
particulierement en Normandie, au Xle siecle, presentaient cette disposi- 
tion. Des voütes ayant remplace, dans ces edifices, toutes les charpentes 
apparentes, pendant les X118 et X1119 siecles, on ne peut a cet egard que 
fournir des presomptions; mais la voüte centrale du transsept normand, 
formant lanterne, semble etre une tradition de la charpente relevee que 
nous trouvons encore a Gefalü et aMonreale, pres de Palerme. 
Mais c'est (nous l'avons deja dit) dans les eglises monastiques des Gaules 
que nous voyons le transsept s'accuser franchement des une epoque 
ancienne. Le plan de Feglise primitive de Saint-Rembsa lleims, encore 
visible, maigre les modifications qu'il a subies, possede un transsept 
tres-etentlu et sur lequel, outre le sanctuaire, s'ouvraient cinq chapelles 
1 Voyez ÄRCIIITECTURE RELIGIEUSE, fig. U. 
"3 Voyez ARCHITECTURE MONASTIQUE, fig. 2. 
3 Voyez l'ouvrage du duc de Scrradifalco : Del duomo di Illozzreale, Palernle, 
1838.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.