Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1147319
 311  [ TRAIT 1 
mant Fäpannelage de la pile. Les colonnes engagees sont tracees en 
retraite de ces lignes, leurs centres sur les diagonales, de maniere a 
donner la saillie des chapiteaux, dont la tete, sous les tailloirs saillants, 
est cette projection fglzik, etc." Pour les arcs des grandes voütes est trace 
le faisceau special de colonnes engagees qr; les tailloirs des chapiteaux 
de ces arcs sont traces en sluv; les saillies des tailloirs des autres chapi- 
teaux en f'lz'k', etc. Du cote A de notre figure est tracee la pile avec ses 
bases. Au-dessus des archivoltes longitudinales, a la hauteur du trifo- 
flllm, se degage la colonnette engagee B, qui porte le formeret a l'inte- 
Pleur. En DEFGH est tracee la pile au niveau du triforium. Le passage est 
e? P, le mur ajoure de cloture de ce triforium en I, et le contre-fort exte- 
rleur en KL. Au-dessus du triforium est tracee la fenetre avec sa colon- 
nette M qui porte extcrieurement l'arc de sertissure, qui n'est autre que 
16 formeret lui-meme; aussi 1e centre de cette colonnettc M est-il sur 
111 meme ligne que celui de la colonnette B. Au niveau des fenetrcs 
est posee, sur le contre-fort KL, la colonne isolee N, qui recoit la tete de 
Farc-boutant et qui laisse un passage, au-dessus du triforium, entre elle 
et la pile OQ. 
Il est facile de reconnaitre que ce dernier trace est preferable aux deux 
PPemiers. Cela est plus clair et plus logique. Les arcs des routes ont cha- 
01111 leur support; les chapiteaux de ces supports sont nettement accuses 
D21? les epannelages de ces arcs compris entre des parties rectilignes. Les 
Dmjections des bases et celles des chapiteaux sont les moines, sauf, pour 
ces bases, que les angles sont judicieusement abattus en W, afin de ne 
D115 genei" la circulation. 
Dans cette voie, les maitres du moyen age ne devaient säarreter qu'a 
la defniere limite. On ne se soumet pas impunement, dans notre pays, 
a la logique. Elle nous pousse, nous entraine jusqu'aux confins du pos- 
sible. Cinquante ans au plus apres l'adoption de ces principes de traces, 
les architectes en etaient arrives Z1 donner exactement a la section hori- 
Zontale des piles la section des arcs; on peut se rendre compte de ce fait 
en examinant les figures 15, t6 et 47 de l'article PILIER. (les inethodes les 
amenaient a ne plus concevoir une construction que par des traces de 
DPOjections horizontalessupcrposees, et Getait naturellement les plans 
des parties superieures (complement de lkeuvre) qui commandaient 
les sections horizontales des parties inferieures. Du temps de Villard 
de Honnecourt, on {en tenait encore aux traces concus dans l'esprit de 
ceux que nous venons de presenter. On trouve, parmi les croquis de cet 
architecte, des indications qui se rapportent exactement aux methodes 
que suggere Fetude des monuments de cette epoquek 
Villard de Honnecouft donne quelques plans düädifice voütes, et l'on 
peut constater que le trace de ces plans derive essentiellement de la ne- 
1 Voyez FAlbum de Villard de Honneoourt, (Fapräs le manuscrit original, publiä par 
3- B. Lassus et A. Darcel, 1858.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.