Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1147241
TRAIT 
20h 
point le systeme de structure en plates-bandes, il l'est beaucoup moins 
d'appliquer ces lois imposees par un besoin de l'oeil, a des cdifices voütcs. 
Il fallait que le systeme de voütes adopte se pretat a ces libertes; c'est 
aussi ce qui arriva lorsqu'on abandonna la voüte romaine et la voüte 
romane pour inaugurer la nouvelle structure. Aussi les maitres du 
XIIÜ siecle, si delicats dans leurs conceptions, profiteront largement des 
facilites donnees par le nouveau systeme des voütes-franeaises pour 
obtenir de grands effets a l'aide de moyens simples et pratiques. Une 
fois le trace general obtenu, il n'y avait aucun embarras a bander un 
are suivant un angle plus ou moins ouvert. Il suffisait de tracer sur l'aire 
la direction de cet arc ct d'en faire le rabattement. Le patron du claveau, 
pose perpendiculairement a cette direction, donnait la naissance de l'arc. 
En reunissant tous ces patrons sur un point, on composait le sommier; 
le sommier compose, en raison de la forme des claveaux et de la direc- 
tion des arcs, on tracait le chapiteau qui devait porter le sommier. Le 
chapiteau trace, on avait la colonne ou la pile. Donc, c'etait par le trace 
general des voütes que le maitre commeneait Foperation graphique du 
plan. Une methode pareille exigeait, il est vrai, une pratique tres-com- 
plete de la geometrie, non-seulement de la part du maitre, mais aussi 
chez les metteurs en muvre, car il fallait a chaque sommier se rendre 
compte de la penetration des surfaces qui venaient se grouper en fais- 
ceaux; mais on ne pretendra pas, probablement, que ces connaissances, 
poussees tres-loin chez le maitre et facilement comprises par les aides, 
aient jamais ete une marque d'ignorance et de barbarie. Ayant mis sous 
les yeux de nos lecteurs un de ces traces generaux, il est necessaire de 
penetrer plus avant dans les methodes de detail. Prenons d'abord un des 
exemples les plus simples. Soit (fig. 2) un pied-droit de porte avec ebra- 
scment extericur. Cet ebrasement devra etre necessairement couvert par 
des arcs. Nous prendrons, pour faire ces arcs, des pierres d'une dimen- 
sion proportionnee a leur portee. Soit en A une echelle d'une toise. La 
dimension d'un pied sera donnee aux claveaux ; Fcbrasemcnt ayant 
quatre pieds de profondeur, quatre rangs de claveaux superposes le fer- 
meront. Sur le tympan T, servant de cintre, nous tracerons donc le pre- 
mier rang B de claveaux ; sur ce premier rang le deuxieme C, et ainsi 
pour les deux autres D, E. Un bandeau F d'archivolte sertira les quatre 
rangs. La projection horizontale BCDE des naissances de ces claveaux 
donnera la dimension des chapiteaux dont les carres superieurs G auront 
ainsi un pied sur chacune des deux faces vues. Suivant la saillie que 
nous voudrons donner a ces chapiteaux sur le füt des colonnes, nous 
tracerons celles-ci. S'ils doivent etre engages, ces füts seront traces tan- 
gcnts aux cotes a, b (voyez le detail H); alors les chapiteaux seront eux- 
memes engages et leurs milieux seront en d. Si nous preferons que ces 
chapiteaux soient entiers, nous tracerons le fut de la colonne, le centre 
au milieu i du carre. Les deux partis ont ete adoptes au X116 siecle, le 
second plus rarement dans les provinces francaises que le premier.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.