Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1134459
 83  [ PEINTURE ] 
rarement elle ne commence par un ton t. Ces principes connus, ilreste 
encore une quantite de regles d'un ordre secondaire que ces artistes 
du moyen age ont. scrupuleusement. observees. Nous en citerons quel- 
ques-unes. Le bleu intense etant dur et froid, les peintres l'ont souvent 
un peu Verdi, et l'ont releve par des semis d'or; puis ils y ont presque 
toujours accole un rouge vif (vermillon), puis apres le rouge un vert 
telair ou mente un blanc bleui ou verdi, des "traits noirs separant. d'ail- 
leurs chaque ton et chaque couleur. Le bleu en contact. (lirect. zivec le 
jaune produit un effet louche, le rouge ou le pourpre a ete interpose. 
Lebleu gris ardoise peut seul se coucher sur une surface jaune. Le vert, 
est souvent mis en contact. direct avec le bleu, et c'est une flissonance 
dont on a tire parti avec une adresse rare, mais alors le vert incline 
au jaune ou au bleu, il n'est pas franchement vert; si le vert est en 
contact avec le jaune, cette (lerniere couleur est orangee et le vert est 
clair, ou le jaune est limpide et le vert est sombre. Les pourpres qui, 
comme surface, ont. la valeurä, et qui par consequent doivent occuper 
le moindre champ dans la (lecoration peinte, ne s'approchent. jamais 
du violet: ce ton faux etant absolument exclu, il incline vers l'orange 
ou la garance. Nous avons souvent observe combien la nature estinge- 
nieuse dans la combinaison harlnonique des tons des plantes: ainsi sur 
dix geraniunls ou dix roses tremieres qui auront des fleurs de rouges 
et de pourpres differents, nous verrons dix tons verts (litiercnts pour 
les feuilles, tons verts combines chacun pour le rouge ou le pourpre 
qu'ils entourent. Les peintres du mojfen age avaient-ils etutlie les se- 
crets de l'harmonie des tons sur la nature ? Nous ne savons; mais com- 
ment se t'ait-il que ces secrets soient perdus, ou que les femmes seules 
les possedent encore lorsqu'il s'agit, de leurs toilettes? Que s'il faut 
peindre une salle, nos artistes semblent appliquer au hasard des cou- 
leurs, des tous, produisant dans l'ensemble une harmonie presque 
toujours fausse ? est-ce defziut de principes, de traditions, de pratique ? 
ll est certain que dans l'art difficile de la (lecoration peinte, l'instinct 
ne suffit pas, connue plusieurs le pensent, et que dans cette partie im- 
portante de l'architecture, le raisonnement et le calcul interviennent 
comme dans toutes les autres. a (lefziut d'une longue: suite iletraditions. 
La jueinture decoralive la plus simple. celte qui demainde le moins 
de combinaisons, est celle qu'on obtient. avec l'ocrejaune,l'ocre rouge 
ou brun rouge, le noir, le blanc et le compose des deux, le gris. Cette 
peinture n'est, pour ainsi dire, qu'un dessin, une grisaille chaude de 
lOH, cependant elle peutproduire des effets tires-varies deja. L'offre 
jaune et Focre rouge sont deux couleurs de la meme famille, pourainsi 
' La sainte Chapelle du palais prüscnte le plus curieux exemple de cette fichelle chro- 
matique. Malgrü (le nombreuses et larges (races des tons anciens, lors de la restauration 
des peintures, les difücultfäs ont fit? nümbrcuscs; il est des tons qu'il a fallu refaire bien 
ÜÜS fOiS, ct faute d'une expäricnce consommäc. En couchant un ton dont la trace dtait 
cÜ-Pffline, il u fallu souvent changer la valeur des tous supürieurs on infärieurs.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.