Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1134373
 75  [ PEINTURE ] 
de Cennino Cennini. D'ailleurs comment des artistes qui couvraient en 
peu de temps des surfaces trizs-etendues ziuraient-ils eu le temps de faire 
des cartons; tout au plus pouvaient-ils preparer des maquettes a une 
echelle reduitePendzint les Xneet Xllle siecles, les traits graves dans l'en- 
duit frais ne se voient quexceptionnellenient, et ces traits indiquent 
toujours le decalque d'un carton; on zipereoit souvent au contraire des 
traits legers faits au pinceau, couverts de la couche colorante sur la- 
quelle le trait definitif, qui est une facon de modele, vient s'apposer. 
(le trait definitif corrige, rectifie l'esquisse primitive, la modifie meme 
parfois completement, et nous ne connaissons guere de peinture des 
xnc, xnieet XIVC siecles sans repentirs. 
Les peintres du xue siecle employaient plusieurs sortes de peintures: 
la peinture a fresque, la peinture a la colle, a l'oeuf, et la peinture 
a l'l1uile.Gette derniere, faute d'un siccatif, ifetait toutefois employee 
que pour de petits ouvrages, (les tableaux sur panneaux qu'on pouvait 
facilement exposer au soleil. Pour l'emploi de la peinture a fresque, 
vfest-a-dire sur enduit de mortier frais,l'artiste commencait, ainsi que 
nous venons de le dire, par tracer avec de l'ocre rouge delayee dans 
de l'eau pure les masses de ses personnages,puis il posait le ton local 
qui faisait la demi-teinte, par couches successives, melant de la chaux 
au ton; il modelait les parties saillanles, ajoutant une plus grande 
partie de chaux a mesure qu'il arrivait aux dernieres couches; puis, 
avec du brun rouge inele de noir, il redessinait les contours, les plis, 
les creux, les lineaments interieurs des nus ou des draperies. 
Cette (iperzilion (levait etre faite rapidement, afin de ne pas laisser 
seclier completement. l'enduit et les premieres couches. Cette facon 
de peindre dans la päte donne une douceur et un cclat particuliers a ce 
genre de travail, et. un modele qui, d'un bleu intense,arrivant, par 
exemple sur les parties saillantes ou claires, au blanc presque pur, n'est 
ni sec, ni criard; chaque ton superpose s'embuvant dans le ton inferieur 
et y participant. L'habilel.e du praticien consiste a connaitre exactement 
le (legre de siccite qu'il faut laisserprendre a chaque couche avant d'en 
"PDOsci' une nouvelle. Si cette couche est trop humide, le ton appose la 
(letrempe de nouveau et fait avec elle une boue tachee, sale ; si elle est 
11'011 seche, le ton oppose ne tient pas, ne s'emboit pas, et forme un 
cerne sombre "sur son contour. Le trait noir brun, si necessaire, et qui 
ifCcuse les silhouettes et les formes interietnfes, les ombres, les plis,etc., 
elait souvent place lorsque le modele par couches successives etait sec, 
iffill d'obtenir plus de vivacite et de nettete. Alors on le collait avec de 
L Ovufou de la colle de peau. Aussi voit-on souvent, dans ces anciennes 
ffeäqlles, ce trait. brun se detaclier par ecailles et ne pas faire corps 
ÜVOC l'enduit. 
L'emploi de la chaux comme assiette et meme comme appoint lumi- 
"ÜUX dans chaque ton, ne permettait au peintre que l'usage de certaines 
couleurs, telles que les terres, le cobalt bleu ou vert. Cette obligation 
fleffffllployierque les terres et un tries-petit nombre de couleurs mine-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.