Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1134288
[ PEINTURE ]  66  
tres de nos arlisles occidentaux; mais en Green (nous parlons de la 
Gi-äce byzantine) la peinture a conserve une forme hieratique dont chez 
nous on siest alfranchi rapidement. Au xlue siecle deijil Guillaume Du- 
raud, eväque de Mende, ecrivuit dans son Ifationale dzfvinoruvn officia- 
rum  en citnntun passage d'Horace: a Diverses historia? tam Nom" guam. 
a Veteris Testamenti pro voluntate pictorum depinguntzer; nam 
a  pictoribus atquc poetis, 
Quidliljet audendi semper fuit mqua potestas. 
Cet hommage rendu ä la liberte qui doit etre laissee a l'artiste fait. 
un etrange contraste avec la rigueur des traditions de Fecole byzan- 
tine, conservties presque intactes jusqukt nos jours? Dans le style 
aussi bien que dans le faire et les procedes des peintures produites 
en France pendant les x16 et xue siecles, on reconnait exactement les. 
enseignements de Denis : l'auteur grec du Guide de la peinfzzrv. Nous 
retrouvons les recettes de ce inaitre grec du x1" siecle dans le traite- 
du moine Tlieopliilefl (xne siecle), et meme encore dans l'ouvrage 
du peintre italien Gennino Gennini, qui vivait au xive sit-clet; mais 
si les artistes du moyen fige conserverent longtemps les procedes 
fournis par Fecole byzantine, ils satfranchirent,tries-prompteinent des. 
traditions hieraliques, disons-nous, et chercherent. leurs inspirations 
dans Fobservatioii de la nature. Toutefois (et cela est a remarquer), en 
donnant au style de leurs oeuvres un caractere de moins en moins tra- 
ditionnel, nos artistes occidentaux, surtout en France, surent laisser 
aleurs peintures une harmonie decorative jusque vers le milieu du 
xve siecle, en maintenant le principe du dessin enluminei etleägerement 
' Liv. I", chap. m. 
' Voyez a cc sujct le Manuel (l'iconographie chretiertne, traduit du manuscrit byzantin, 
le (hiide {le la peinture, par le docteur Paul Durand, avec une introduction et des notes- 
de M. Didroil. L'auteur dc ce guide, Denis, vivait au Xle sieclc. 
HLÜ canon suivant n, dit M. Ditlron dans une de ses notes (Introduction, p. vlil), 
a du second concile de Nicec, compare au passage de Fevequc de Monde, exprime 51 
(t merveille la condition de dependance ou vivaient les artistes grecs... a Non est imagi- 
a num structura pictorum iuventio, sert Ecclesiw catholicaa probata legislatio et trarlitio. 
eNam quoil vctustatc excellit vcnerandum est, ut inquit ilivus Basilius. 'l'cslatnr lioc 
aipsa rcrum illlliqllilllS et patrum nostrorum, qui Spiritu sancto feruntilr, doctrina. 
a Etenim, cum lias in sacris templis conspieerent, ipsi quoque animo propcnso veneranda 
a templa exstrucntes, in eis quidem gratas orationcs suas et incruenta sacrilicia Dco om- 
a nium rcrum lIOIÜiIIO otferunt. Atqui consilium et trarlitio ista non est pictoris (cjus enim 
(15010. ars est), vcrum ordinatio et dispositio patrum nostrorum, quae tedilicaveruut. n 
(SS. Concil. Phil. Labbe, t. VII, Synnd. Nicaana II, actio v1, col. 831 et 832.) De fait, le con- 
cile de Nicec n'avait pas tout a fait tort, et les plus belles peintures byzantines connues 
sont incomparablement les plus anciennes. 
 3 Divcrsarizm artiuizz Schczlzzla, publ. par M. le comte de Plüscalopicr, 1843. 
' Voyez Fedition de cet ouvrage donnee a Rame, en 1821, par le chevalier Guiseppe 
Tambroni.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.