Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1134244
IINTURB 
en vient a tomber dans ces erreurs, a vouloir sortir du (lomaine qui 
lui est assigne, il (resserbientol. (Vexister; (t'est le saut perilleux qui 
PG-lllplttüt? lliloquence, le jongleur qui prend la place de l'orateur. Mais 
encore les artistes qui ont adopte ce genre de peinture (lecorative ont 
pu admettre un point, un seul (lisons-nous, d'on le spectateur pouvait, 
PRIISEIlPDI-ÜS, (eprouxfer une satisfaction complete; (fetait; peu, sur 
toute la surface (l'une salle, de (tonner un seul point d'on l'on put en 
saisil-parfaitement. la (lecoration, mais entin c'e,tait. quelque (rhose. Les 
scenes reprtiseiilees se trouvaient (l'ailleurs eneadrees au milieu 
d'une (irnementation qui elle-mente (affectait la realile (lereliefs, (l'enl- 
bres et. de lnmieres se jouant sur des corps saillants. (Tetait un sys- 
teme (lecoratif possedant. son unite et sa raison, tandis qu'on ne sau- 
rait. trouver la raison de ce parti de peinture, par exemple, qui, a cote 
de scenes affectant la realite des (effets, des ombres et (les lumieres, de 
la perspective, place des ornements plats composes de tons juxtapo- 
ses. Alors les scenes qui admettent tetfet reel produit. par le relief et. 
les (litierences de plans sont en dissonance (vomplete avec cette orne- 
mentation plate. Ce netait (lonc pas sans raison que les peintres du 
moyen fige voyaient dans la peinture, soit qu'elle tigurat des scenes, 
soit qu'elle ne  romposat que (l'orne1nents, une surface qui (levait 
toujours paraitre plane, solide, qui citait. (lestinfäe non a pi-(uluire une 
illusion, mais une harmonie. Nous admettons qu'on preftire la pein- 
ture en  de la voute des Grands Jesuites a ltome a celle de 
la votite de Saint-Savin, pres de Poiticrs; mais ce que nous ne saurions 
admettre, c'est qu'on pretende concilier ces deux principes opposes. 
Il faut opter pour l'un des deux. 
Si la peinture et l'architecti1re sont unies dans une entente intime 
de Partpendantle moyen fige, a plus forte raison la peinture de figures 
etcelle (Fornements ne font-elles qu'une seule et meme couverte (leco- 
rative. Le meme esprit. concevait.lacoinposition de la scene et celle de 
Pornementzition,la meme main dessinait et coloriaittune et l'autre,et. 
les peintures monumentales ne pouvaient avoir l'apparence de tableaux 
encadres de papier peint, comme cela n'arrive que trop souvent aujour- 
d'hui, lorsqu'on fait ce qu'on veut appeler des peintures murales, les- 
quelles ne sont, a vrai dire, que des tableaux colles sur un mur, entou- 
res d'un cadre qui, au lieu de les isoler comme le fait le cadre banal 
de bois (lore, leur nuit, les eteint, les reduit. a Fetat de tache obscure 
ou claire, derange l'effet, occupe trop le regard et gene le spectateur. 
Quand la peinture des scenes, sur les murs d'un editice, n'est pas 
traitee connue Pornementzition elle-meme, elle est forcement. tuee par 
celle-ci; il faut, ou que Fornementation soit traitee en trompe-l'oeil, si 
le sujet entre dans le domaine de la realite, ou que le sujet soit traite 
comme un dessin enlumine, si Fornementation est plate. 
Ces principes poses, nous nous occuperons d'abord (le la peinture 
monumentale des sujets. Nous avons dit que l'art grec avait ete la pre- 
miere ecole (le nos peintres occidentaux au point de vue de l'icono-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.