Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1134183
[ PEINTURE 1  55  
du sol zictuel. Ces paves avaient environ 0m,1i() carres et 0'220 (lepais- 
seur. 'l'res-uses sur leur face externe, ils zivaient du servir pendant un 
assez longtemps, et dataient probablement. de lkpoque de la construc- 
tion du Ghatelet. (fin du xlnt siecle). Pendant les xvt et xvl" siecles on 
employait frtiqllellllllellt les cailloux pour paver les voies publiques, les 
cours et les places. (les cailloux etaient dames sur un fond do sable, 
ainsi que cela se pratique encore dans quelques villes du midi de la 
France, notamment a Toulouse. A Paris, la rue de la Juiverie zivait me 
repaveie dkiprirs ce systeme et connne essai, pendant la Ligue. 
Quand les pentes etaient roides, on pavait les voies au moyen de 
pierres dures posees de champ. Nous avons decouvert des paves de 
ce genre, en l)0l1 etat de conservation, aux alentours du cliziteau de 
Pierrefonds. 
Les elages inferieurs des habitations etaient souvent paves, et l'on 
voyait encore des maisons du moyen fige, il y a peu (Fanncfies, dont 
le sol a rez-de-chausssie etait couvert de petits (tubes de [iierre de 0'210 
de cote environ, posesjointifs sur une aire de mortier ou de ciment. 
PEINTURE, s. f. Plus on remonte vers les temps antiques, plus on 
reconnait qu"il existait une alliance intime entre läirrlnitectui-e et la 
peinture. Tous les editices de l'inde, ceux de PAsie blineure, ceux 
(Flflgypte, ceux de la Grece, etaient, couverts de peintures en dedans 
et] en dehors. Ifartfliitecture des Doriens, celles de FAlLique, de la 
Grande-Grece et de HÄlti-urie etaient peintes. Les ltomains paraissent 
avoir etc les premiers qui aient eleve, sous l'empire,des monuments de 
marbre blanc ou de pierre sans aucune coloration; quanta leurs enduits 
de stuc, ils etaient colores a Pexterieur comme a Finterieur. Les popu- 
lations barbares de TEuropc septentrionale et occidentale peignaient 
leurs maisons et leurs temples de bois, et les Scandinaves prodiguaient 
les couleurs brillantfxs et les dorures dans leurs habitations. 
Nous devons seulement ici (zonstatei- ces faits bien connus aujour- 
d'hui des zircheologtles, et. ne nous occuper que de la peinture appli- 
quee al'architecturefrancaise du moyen age. Alors, comme pendant. 
la bonne Zmlitltlile, la peinture ne parait pas avoir elle jamais separee 
de l'architecture. Ces deux arts se [Jretztient mutuellement secours, et 
ce que nous appelons le tableau n'existait pas, ou du moins n'avait 
qu'une importance tres-secondziire. Grcgoire de Tours signale, a plu- 
sieurs reprises, les peintures qui (lecoraient les editices religieux et 
les palais de son temps. a Es-tu (disent, a Gondovald, les soldats qui 
e assiegent la ville de Comminges), es-tu ce peintre qui, au temps du 
u roi Glotaire, barbouillziit en treillis les murailles et les voüles des 
oratoires 1 ? n Quand ce prelat repara les basiliques de Saint-Perpetue, 
a Tours, il les fit a peindre et decorer par les ouvriers du pays avec 
f a Tune ras pitor illc, qui, tcmporc Chlothaclnarii rcgis, per 
a camcras cnraxaxbas. n (Greg. 'I'uron., Ilist. Franc., lib. VII, cap. 
oratoria 
xxxvl.) 
parietes 
atque
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.