Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1134171
   [ PAYAGIS ] 
eglises calhedrales ou abbaliales, furent bouleversees par les zlhlres et 
les chapitres pendantle dernier sieclelles emplacements furent livres, 
moyennant une redevance, il des marchands, les jours de foire, puis 
bientüt se couvrirent (Fechoppes permanentes. Pour quelques rentes, 
le cierge des cathedrales et des abbayes alienait ainsi les dependnnces 
de Feglise ; le pl'6I1'li8l' il portait 1e marteau sur tout ce qui (levait in- 
spirer le respect pour les monuments sacres. 
de cul-de-lanlpe, 
de point d'appui 
PATIENCE, s. f. (misefricorde). Petit sieäge en forme 
place sous la tablette mobile des stalles, et servant 
lorsque celle-ci est relevee. (Voy. STALLE.) 
PAVAGE, s. m. Le pavage 'des voies publiques, des places, des cours 
des palais, est un travail qu'on ne voit. entreprentlrc que dans un Etat 
civilise. Les Romains apportaient, comme chacun sait, une grande 
attention auxpavziges des rues des villes, et partout ou ils out sejourue, 
ou retrouve de ces grandes pierres dures, granit, gres, lave, basalte, 
posees irregulierement au moyen d'une sauterelle, et formant, sur 
une couche de beton, une surface assez unie et d'un aspect monumen- 
tal. Ces pavages, etablis de Inaniere a durer plusieurs siecles, servirent 
en effet jusque pendant les premiers temps du moyen fige. Peu a peu, 
uetant, pas renouveles ni meule entretenus, ils se degraderent, furent 
remblayes. afin de boucher les OPHiÄBPOS les plus profondes, et dispa- 
rurent sous une epaisse couche de boue ou de poussiere. Les grandes 
voies des villes gallo-romaines, pendant la periode carloxfingienne, 
conserverent, tant. bien que mal les pavages antiques, mais les egouts 
sobstruztient, les paves secrasaieut, et ces voies ne formaient plus 
que des cloaques immondes. Cependant, 1 
dejät au xue siecle, on pavait certaines ("Ibis") 
places ou des voies frequentees.  
Nous avons retrouve parfois des restes  äiafiif" 
de ces pavaiges, faits habituellement de  v 
Petits cubes de gres ou de Pierre resis-   
tante' (fig. i).   
Philippe-Auguste passe pour avoir fait  {Il   
paver les rues de Paris au moyen de flfligtiit tuf] 
grandes pierres? Guillaume le Breton "ffäiji-ä "Aillk  
pretend que ce pavage etait fait de pierres   
carrees et assez grosses. Il nlexiste pas   
trace de ce pave. Lorsque, il y a quelques annees, on decouvrit les fon- 
dations du petit Chätelet pour rehatir le Petit-Pont, on enleva une 
assez grande quantite de paves de gPäS poses ä 1 metre en contre-bas 
' Dans la citä, 51 Paris; in Vfzzelay, ä Senlis, il Provins, 51 Coucy- 
' Guillaume du Nangis, Chronicon, 1184, ädil. de la Sociütd 1 
l, p. 78. 
-1c 
le 
-Chätcau. 
l'histoire 
de 
France,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.