Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139237
 561 4- L PUITS ] 
 nir en fera justice, et ne verra dans ces produits bätards, amonceles a 
l'aide de moyens puissants et de depenses enormes, que confusion et 
ignorance. 
Nous croyons fermement au progres, nous le signalons rtvec joie 
au sein de notre SOCläfÜ moderne ; nous ne smnnics point de ces scep- 
tiques qui admettent que le bien et le mal, en ce monde, sont toujours 
repartis a doses egales. Mais il est de ces moments, nienic au sein d'une 
civilisation avancee, ou la raison eprouve des echecs : or, en ce qui 
touche a notre art, nous sommes dans une de ces periodes. Est-ce 
a croire que tout estperdu? Non, certes; notre art se relevera a l'aide 
de ces etudes historiques assez mal vues de quelques-uns, mais qui se 
poursuivent malgre tout, se poursuivront, et luroduircmt des resultats 
feconds. Apprenons a mieux connailre les arts des temps anciens : les 
analysant. patiemment, nous aurons etabli les fondements des arts de 
notre siecle; nous reconnaitrons qu'a cote des faits materiels, qui 
dilferent sans cesse, il y a les principes, qui sont invariables, et que, 
si l'histoire eveille la curiosite, elle devoile aussi, pour qui sait la 
fouiller, des tresors de savoir et dexperience que l'homme intelligent 
doit employer.  
PUIE, 
Vieux mot äquivalent 
moderne balcon. 
au mot 
La comtesse est ä sa puie 
Oü o sez pucisles skupuici. 
Il est tres-rare de trouver des balcons, dans les palais ou maisons du 
moyen fige, disposes comme le sont les ziotres. Les SHiHlCS sur les 
faqades, perlnet-tiant. de plonger sur la voie publique ou sur l'aire 
d'une cour, sont habituellement, couvertes : ce sont alors des bre- 
teches ou des loges (voy. ces mots). 
PUITS, s. m. Trou cylindrique perce dans le sol, atteignant une 
nappe d'eau. Les puits sont, ou creuses dans le roc, ou sont revetus 
interieurement d'une maeonnerie pour maintenir les terres. Ils sont 
couronnes, au niveau du sol, par une margelle de [iierre de taille, ser- 
vant de garde-leu, et termines a leur partie inferieurwz par un rouet (le 
charpente qui a serviä leur construction, et qui reste a demeure sous 
le niveau de la nappe dleau. 
Les constructeurs du moyen age ne procedaient pas autrement que 
nous pour percer des puits. Creusant un trou cylindrique, ils y placaienl, 
un rouet de bois (le chene, sur lequel on elevail, le mur en tour ronde. 
Deblayant peu a peu sous le rouet, celui-ci descendait avec la portion 
de HIEIQÜÜÜÜPiÜ qu'il SUPPOPLait; on completait, a mesure de l'abaisse- 
ment du rouet, cette maconnerie cylindrique dans la partie superioure. 
Gilles de Ghin, 
roman de Gantier de 
477 
al Sl
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.