Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139229
PROPORTION 
560 
vziriable que nous decorons du nom de sentiment, comment nous qui, 
relativement, ne sommes pourvus que de sens grossiers, aurions-nous 
trette pretention de ne reconnaitrez aucune loi et. de  au hasard, 
ou de croire que nous suivons les lois etablies par les Grecs, quand 
nous ne savons plus en interpreter le sens, nous bot-inuit seulement 
a en reproduire la lettre? Mesurant (fent, fois le Parthentm avec des 
(litferences de quelques millimetiies, a quoi nous servira tzette, compi- 
lation de documents, si nous n'en savons deduire le principe generzi- 
teur des proportions. Autant, vaudrait. copier cent fois un texte dont le 
sens demeurerait inconnu, en se bornant a imiter avec plus ou moins 
flexactitude materielle la forme des caracltffres, l'accentuation et les 
interlignes. Abandonnes a (ILIX-IIIÜIÜGS, eloignes des exemples laisses 
par tantiquite, les artistes du moyen fige ont, cle plus loin que nous, 
en cherchant et. trouvant, un principe, logique de proportions et en 
sachant l'appliquer. (le n'est, donc pas un PPOQPÜS que (l'ignorer ces 
principes; ce pourrait en etre un de les connaitre et, ,d'en trouver 
d'autres plus parfaits. Mais jamais nous ne pourrons admettre (T0tIll11t' 
un progrcs l'ignoranc,e d'un fait anlerieur. Le progres, au contraire, 
ne resulle que de la connaissance des faits ante-rieurs avec, une plus 
juste appreciation de leur valeur ct une meilleure application. Que le 
bon sens se revolte a Fidee d'employer aujourd'hui en architecture 
des formes adoptees par les civilisations de Fantiquite ou du moyen 
tige, cela est naturel; mais quel esprit, cense oserait, pretendre qu'il 
faut ignorer, laisser en oubli les resultats obtenus avant nous, pour 
produire, une, oeuvre superieurc a ces resultats  
Si le systeme harmonique des proportions admis par les Grecs (litiirre 
de celui admis par les architectes OCCldQIIlHLIX du moyen fige, un lien 
les reunit. (lhez les Grecs, le systeme harmonique derive de laritlnne- 
tique; chez les (Jccidentziux du moyen age, de la geometrie; mais 
Farithmetique et la geometrie sont soeurs. Dans ces deux systemes, on 
retrouve un meme element : rapports de nombres, rapports d'angles 
et, de dimensions donnes par des triangles semblables. Mais copier les 
monuments grecs, sans connaitre les rapports de nombres a l'aide  
desquels ils ont, ete mis en proportion, la raison logique de ces rap- 
ports, et mettre a neant la methode geometrique trouvee par les gens 
du moyen age, ce ne peut etre le moyen (l'obtenir ces progres dont on 
nous parle beaucoup, sans que nous les voyions se developper. 
ll serait plus sincere de reconnaitre qu'en fait de principes d'archi- 
tecture, aujourd'hui, nous avons-tout a apprendre de nos (levanciers, 
depuis l'art de construire juSqu'a (103 grandes methodes harmoniques 
de lantiquite ou du moyen fige. A de savantes conceptions, profonde- 
ment raisonnees, nous avons substitue une sorte dempirisme grossier. 
qui consiste, soit a imiter, sans les (zomprenrlre, des formes anterieures. 
soit a les melanger sans ordre ni raison; produisant ainsi de veritables 
monstres qui, le premier etonnement passe, ninspirent. que le degotit 
et, l'ennui. Qu'on nous presente ces chimeres comme un progres, l'ave-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.