Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1134095
 4,7  l PAN ne BOIS ] 
de goussets qui tzmpechsfixt tout le systeme de se coucher, soit dtun 
(rote, soit de l'autre. 
Les bois employes dans les pans de bois, a (laler du Xlllc siecle, ne 
sont, jamais d'un fort equarrisszige; ils sont sains et CiIOlSlS [uarmi des 
arbres qui nLtaient pas trop vieux. Ce sont presque toujours (les bois 
de hrin,  equarris sur un seul tronc, d"un assez faible dia- 
metre par (zonseäquent. (les bonnes traditions setaient conservees jus- 
tllliilll wmluencenient du xvn" sii-cle. puisque le traite de Mathurin 
Jousse en l'ait mentioiil; et en ettel, il existe encore quelques pans de 
holf d" celle (iPÜtIÜÜ qui sont bien tailles et fagonnes de bois choisis. 
t] est [Wllltilptlltllnfällt dans les provinces de l'Esl, en se rapprochant 
tlfl IÜHÜ, qu'on "trouve des restes de (wonstructions en pans de bois 
rtune grande dimension. Strasbourg a conserve jusque dans ces der- 
"WFH tvulps des maisons de bois plus grandes dlächelle que la plu- 
llilft de celles que l'on voyait. dans nos villes du (lomaine royal. A 
tlonsta11ce,_ilexisle des editices publics considerahles en pans de bois. 
Beaucoup de (E95 maisons de Strasbourg, qui datent de la tin du 
xlv" siecle et; du xv", etaient munies de brelechces aux zmgles; elles 
citaient vastes et hautes. Voici (tomment sont generalement trombine-s 
les pans de bois de face avec hreteches aux angles (fig. 8). La face de 
la hreteche forme avec la face de la maison un angle de 45" (voy. la 
premiere enrayurt: A, prise au niveau a). En B, est un poteau cornier 
qui monte de fond, depuis la sabliere basse S jusqu'a la sabliere su- 
pcritiurs? S'. A ce poteau (foi-nier est accole le poteau C, milieu de la 
l'au-c de la hreteche. Les poteaux (l'angle E de la breteche sont COPIIiOPS 
et, reposent sur les scalives blf dont le porte a faux estsoulage par les 
liens e. Au niveau de chaque plancher la hretechei est reliee a la coli- 
strutztitm principale? par le solivage tvoy. la seconde enrayurf? D, prise 
au niverau  Les ÜÜIBS des poteaux corniers de hretcÄ-che F. recoivenl. 
les deux chapeaux horizontaux h dans lesquels s'assemblent. les sa- 
blieres g tvoy. le plan F de la (lerniere enrayure, pris au niveau  Un 
petit appentis de madriers recouverts d'ardoise ou (tessente, et poses 
sur les (royaux i, garantit la partie inferieure de la breteche et sert 
d'abri. Celle sorte de construction donnait. beaucoup (Fagrement. aux 
maisons, en ce qu'elle permettait de voir a couvert dans la longueur de 
la rue. Les pans de bois lateraux portaient les poutres transversales 
sur lesquelles reposaient les solives des planchers. Celles-ci retenaient, 
ainsi le devers du pan de bois de face, leurs almntsetant engages entre 
lieux saliilit-res ou colonzbellcs, connue on appelait alors ces pieces hori- 
zontales. 
lfilSSülllblilgtä des poteaux G, milieux des faces des breteches contre 
168 grands poteaux coriiiersB, meritc (PÜIPG detaille. Le poteau cornier 
B montant de fond (fig. 9) est largement chanfreine sur son arete for- 
' Le Thäcitre (le l'art du, charpentzer, enrichi de fliverses Mures avec 
ficelles, faict et dressvf par JIatlmrin Joussv de lu Flächve31B97. 
Hnterprdlatzon
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.