Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1138915
529 
PROFIL 
de si grands (effets,- et aussi pour ne pas rester au-dessous de leurs 
tieuvres. Gela, nous en convenons, exigerait. du travail, beaucoup de 
travail; et il est facile de nier Futilite d'une chose qu'on ne veut pas se 
donner la peine ctapprentlret 
 Certaines personnes, ne pouvant parvenira faire une equation, pre- 
tendent bien que talgeln-e n'est qu'un grimoire! Pourquoi serions- 
nous surpris d'entendre nier le sens logique, la cohesion et Futilite 
pratique de cet art que nous avons laisse perdre et dont nous ne 
savons comprendre ni utiliser les ressources! 
Les methodes suivies pour le trace des protils d'arcs sont. invariables, 
parce qu'un arc est toujours vu suivant tous les angles possibles. 
Quelle que soit la hauteur a laquelle il est place, sa courbure presente 
a l'oeil ses cotes, son intrados sous tous les aspects, mais il n'en estpas 
ainsi d'un bandeau, d'une base, d'un tailloir, d'un profil horizontal en 
un mot, dont la position peut, par l'effet de la perspective, masquer, 
ou tout ou moins diminuer une partie des membres. Les Grecs avaient 
evittemnient, tenu compte de la place dans le trace des profils; mais 
leurs editices etant relativement, de petites dimensions, les deforma- 
lions perspectives ne. pouvaient avoir une grande importance. Les Bo- 
mains ne paraissent pas sTetrc preoccupes de l'influence (le la perspec- 
tive sur les profils. Ceux-ci sont traces d'une maniere absolue, suivant 
un mode admis, sans tenir compte de la position qu'ils occupent au- 
dessus delo-il. Il ne parait pas que pendant la periode romane on ait 
modititä le trace, des protils en raison de leur place; mais s dater du 
commencement du xni" siecleptetude des effets de la perspective sur 
les protils zipparait clairement. Nous en trouvons un exemple remar- 
quable dans la cathedrale d'Amiens elevee de 1225 a 1230. Les ban- 
deaux int-crieurs, les bases et. lailloirs du triforiuni, sont traces en 
raison du point de vue pris du pave de Peglise (voy. TRIFORIIIDI). 
Voici comment a proccde l'architecte de la nefde Notre-Dame d'A- 
miens pour le trace des tailloirs et des bases des colonnettes de la ga- 
lerie (fig. 27). L'angle visuel le plus ferme, perpendiculaire a la nef, 
peermetttzint,(l'apercevoir les tailloirs, est de 600. Le profil a ete trace 
suivant la methode indiquee en A, methode qui n'a pas besoin d'en-e 
(leicrite zipres les demonslrations precedentes. 
Däipres cet angle visuel, le tailloir se trouve reduit, par la perspec- 
tive, au protilAK En seloignant dans le sens longitudinal, dest-a-dire 
en regardant les (rhapiteziux des travees au dela de celle en face de 
laquelle on se trouve, il est evident que l'on voit le profil se developper 
sans qu'il prenne jamais (zependant l'importance en hauteur, par rap- 
port aux saillies, que lui donne le geometral. Pour les bases, le profil 
est celui indique en B. Les regardant suivant l'angle de 600 qui a servi 
ales tracer, on ne peut voir que les membres indiques en B' ; mais en 
prenant, un peu plus de champ, de maniere a les voir suivant un angle 
de 450, le protil donne par la perspective est celui B", qui est satisfai- 
santet en rapport de proportions avec les colonnettes. 
vn.  67
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.