Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1138800
PROF 
518 
fait saillir le filet. b. Du point a', elevant une ligne (Uca t5", il pose sur 
cette ligne le centre c du second boudin. Du centre c, tirant une ligne 
ce 213e", et du point. e fixe, abaissant une ligne ed a 60", il obtient le 
point d, centre du (ravet superieur. Du meme centre c, abaissant une 
ligne cf a 60", il obtient le ület g, et sur cette ligne le centre fdu ca- 
vet. inferieur, dont la courbe vient, mordre celle du gros boudin. ll 
rachete l'angle lz par un arc de cercle dont le centre est pose en 2'. (le 
profil prend un galbe trapu qui n'appartient, pas a l'architecture de 
llle-de-France, mais il est. (l'ailleurs etutlie avec soin, et prend, en 
execution, un aspect resistzmt. et ferme. Gritce au tilet b qui detruit la 
jonction des deux (fercles aa', ces deux courbes ne paraissent etre 
qu'une portion de cercle ; mais pour ne pas trop developper a l'oeil ce 
membreimportant, le cavet, inferieur l'entame et lui enleve sa lour- 
deur. Le traceur a ainsi ctbtcnu plus de force, sans donner a son pro, 
fil un aspect. moins leger. 
Nlais tous les traceurs ne  avec (zette finesse. En Nor- 
mandie et dansle Maine, les profils, tout en etant traces suivant les 
methodes que nous venons (l'indiquer, accusent une tendance vers 
l'exageration des effets ct un (lefaut dans les rapports de proportion. 
Un artiste du Maine tracerait ce profil d'arc ainsi qu'il est indique en 
B. Il accuserait l'intersection k; il donnerait une courbe au tilet; l; il 
exagererait la saillie du tilet inferieur m, ou bien, comme l'indique le 
])1'0fll (l, il tlanquerait le gros boudin inferieur d'une baguette n, ou 
meme d'un filet lateral o, et retrouverait des arrets, des listels et des 
angles en pq, en (liminuant le rayon du second boudin. Cette tendance 
a l'exageration des cavets, a la multiplicite des membres anguleux, se 
fleveloppe surtout en Angleterre des le milieu du xm" siecle. Les pro- 
tils de cette (tontree et de cette epoque se chargent. d'une quantite de 
tores, de listels, devidements profonds; mais les methodes de traces 
ne varient guere : ce qui prouve qu'une methode en architecture est 
un moyen qui permet a chacun, (l'ailleurs, de suivre son gent et son 
sentiment. Supprimez la methode dans le trace des profils (le l'archi- 
tecture dite gothique, et l'on tombe dans un chaos d'incertitudes et 
de tattonnements. La fantaisie est maitresse, et la fantaisie dans un 
art; qui doit tant emprunter a la geometrie ne peut produire que (les 
formes sans nom. N'est-ce pas la methode qui donne aux protils de 
l'architecture, a dater du xn" siecle, en France, une physionomie si 
saisissante, un style si particulier, qu'on ne saurait prendre un trace 
de 1200 pour un trace de 1220, qu'on ne pourrait.confondre une mou- 
lure bourguignonne avec une moulure champenoise"? Supposons 
qu'une methode geometritlue n'existe pas, comment tracer un de ces 
profils, a quel point s'attacher, on commencer, ou finir? Comment 
donner a tous ces membres un rapport, une harmonie? Comment les 
souder entre eux? et que de temps perdu a tater le mieux dans le va- 
gue! Nous avons vu souvent de nos confreres chercher des traces de 
protils a l'aide du sentiment seul, sans, au piwialable, s'enquerir d'une
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.