Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1138593
 1197  [ 111101111. ] 
et d'un elegisseinexit IL. (l'es! le tore avec son cavct qui est le membre 
accentue. Ubservant que ce profil n'est pas de nature a rejeter les 
eaux de e en c, l'architecte du (zommencenlent du X111" siecle, tout 
cn maintenant, les meines saillies donnees par lkpannelage, trace le 
profil B. Il augmente sensiblement, la pente superieure, la retourne 
(tequerre, creuse en lune mouebelte prononcee pour rejeter les eaux 
pluviales, et contracte le profil inferieur. Un peu plus tard, l'architecte 
augmente encore la pente, conserve la mouchette (voy. le trace D), et 
contracte davantage la moulure inferieure en ne lui laissant plus que 
son accentuation, le tore m. Vers la fin du X1118 siecle, le traceur aug- 
mentera encore la pente (voyez le trace E), et ne conservera qu'une 
mouchette qui se confondra avec l'ancien cavet g. Du tore m il ne sub- 
sistera que le listel o. Ainsi, du profil roman derive d'un art etranger, 
farchitecte gothique, par une suite de deducliions logiques, aura obtenu 
une section tres-ditferente de celle qui avait servi de point de (lepart. 
En augmentant peu a peu la pente du membre superieur de ce profil, 
on terminant cette pente par un larmier bien autrement accuse que ne 
l'est le larmier antique, en contractant, jusqu'a la supprimer presque 
(zompletemeilt, la moulure inferieure, le traceur de Pecole du X1112 siecle 
a fait, d'un bandeau qui n'avait qu'une signification decorative, un 
membre utile, un moyen (Feloigner des parements les eaux jaluviales, 
sans avoir a (rraindife meme l'effet de leur rejaillisselnent sur une sur- 
face horizontale ou meme sur une pente peu prononcee. 
S'il s'agit cependant de couronner un edifice important, il faut une 
saillie prononttec. Une seule assise ne saurait suffire; l'architecte de 
Fecole laique naissante procede toujours par contraction. Du profil 
de corniche romano-grec devenu profil roman, il ne prend que des 
rudiments. Dans l'exemple figure 7, nous avons vu que les membres 
de l'architecture antique sont a peu pres complets. Les deux faces 
b, d,quoique bien amoindries, subsistent encore; par compensation, le 
profil superieur c s'est developpe aux depens de ces faces. La frise a 
n'est plus qu'un tore ecrase entre la corniche et Farchitrave. Le tra- 
ceur dela fin du xne siecle (fig. t1 I) supprime la frise, dont on soup- 
conne encore l'existence dans quelques monuments d'architecture 
romane; de l'2ll'Chit-PHV8, il ne conserve que le membre developpe, en 
abandonnant les autres, et de la corniche il ne fait qu'un larmier, 
comme dans l'exemple precedent. 
Cependant les architectes romans, pendant le x12 siecle et le com- 
mencement. du X118, composaient habituellement, les corniches au 
moyen d'une suite de corbeaux portant. une tablette "l. (le mode, simple 
comme structure, permettait de donner a peu de fl-ais, a ce membre 
de l'architecture, une apparence tres-riche. Si nombreuses et bien 
tracees que fussent les moulures horizontales, elles ne pouvaient pro- 
' Du lralnsscpt nord de la  
i Voyez CORNICHE, Hg, 1 ä 
valu de Noyol 
environ,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.