Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1138397
 11-77  [i PRISON ] 
adosses qui fait. que dans beaucoup de nos chäteaux, on dapergroitpas 
la trace des planchers separant les etages, bien que ceux-ci soient 
marques par des portes et des fenetres. 
Les poitrails adosses portent souvent des liens ou des esseliers, afin 
de soulager les poutrelles. On revetait ces supports en echarpe de lam- 
bris, et (zeux-ci devinrent ainsi llorigine des voussures de plafonds que 
nous voyons persister jusque pendant. le (lernier siecle. 
POTELET, s. m. Petit poteau. On donne habituellement le nom de 
potclets aux petites pieces verlicales qui soutiennent les appuis des 
fenelres, dans les pans de bois, iltl-düSSllS des sablieres basses. Sou- 
vent ces potelels, pendant les xve et xvie siecles, ont eus ouvrages. 
(Voy. MAISON.) 
POUTRE, s. f. Pieee de bois posee horizontalement, d'un fort equar- 
risszige, et qui sert ä soulager la portee des solives des planchers. 
Depuis plus de deux cents ans, pour ne pas perdre de la place en hau- 
teur, dans les habitations de Paris, on n'emploie plus les poutres, et 
l'on combine les planchers au moyen de solives dbnchevetrures, 
de chevetres et de solives, toutes les pieces posees sur un seul plan, 
afin de pouvoir lutter et plufonner en plätre; mais autrefois, et encore 
(lans la plupart des provinces franqaises, on posait el, l'on pose les 
solives sur (les poutres soulegees il leurs exlremites par des corbeaux. 
(Voy. PLAFOND.) 
PRISON, s. f. (clmrtrel. Les chateaux, les abbayes, les palais episco- 
paux, les beffrois des villes, les chapitres, possedaient des prisons dans 
leurs murs, pendant le moyen fige; ces prisons netaient que des cel- 
lules plus ou moins bien disposees, des cachots ou meme des culs de 
basse-fosse. Le moyen äge nhvait pas a elever des etablissements spe- 
cieux destines aux prisonniers; etablissements qui ne peuvent subsister 
qu'au milieu d'un Etat dans lequel l'exercice de lajustice est centralise. 
Il va sans dire que les prisons que contiennent nos vieux edifices ne 
se font pas remarquer par ces mesures prevoyantes, ces dispositions 
saines et ce sysleme de surveillance bien entendu, qui placent aujour- 
d'hui ces etablissemenls au Ptlllg des ediiices complets et sagement 
entendus. Toutefois on a beaucoup exagere et le nombre et l'horreur 
de ces lieux de reelusion luendant le moyen  Il existe encore au 
chateau de Loches des prisons bien authentiques, qui ne sont autre 
chose que des chambres grillees, saines d'ailleurs et suffisamment 
claires. On en voit egalementaläibbaye du NIont-Saint-hlichel en mer, 
encore au donjon de Vinccnnes, et dans la plupart de nos vieilles for- 
teresses, qui ne ditferentdes chambres reservees aux habitants que 
par la rarete des issues et la nudile des murs. Il n'est pas besoin (Yetre 
fort verse dans l'histoire de ces temps, pour reconnaitre que les prisons 
etaient necessaires dans tout domaine feodzil; mais nous devons con-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.