Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1138254
 463  li roirrr: ] 
d'escaliers, qui presentent une disposition particuliere. Nous indi- 
quons ailleurst comment. les escaliers des habitations pendant le 
moyen äge etaient presque toujours construits en vis. Ce parti pris 
necessitziit l'ouverture de [iortes assez basses, puisqu'il fallait que le 
linteau de ces portes inasquat la premiere revolution du degre. Mais 
alors ce linteau etait considere souvent comme une imposte surmon- 
tee d'une fenetre cclairant la (leuxiivme revolution. Nous trouvons 
encore dans thotel de Jacques Cteur, a Bourges, un exemple complet 
de ces sortes de portes (fig. 88). Le linteau, formant imposte, presenle 
une sculpture interessante. Trois arbres se detachent sur un fond. 
(lelui du milieu represtzntt? un oranger, celui de droite un dattier, et 
celui de _gauchei une sorte de mimosa. Entre ces arbres croissent 
des plantes exotiques, parmi lesquelles est un millet. On sait que 
Jacques Coeur tit plusieurs voyages en Orient, et qu'il entretenait avec 
ces contrees un commerce etendu. Ces plantes semblent etriz des 
tunbltames de ces relations, et peut-etre est-ce a l'illustre argentier que 
nous devons l'introduction en France de quelques-unes de nos plantes 
medicinales et de jardin. Autour de ce bas-relief, on lit la devise, plu- 
sieurs fois repetee dans Fhotel : Oie,  dire, -faz're,  taire, dont les 
lettres sont. separees par des branches de plantes. 
La premiere revolution de l'escalier passe (lerriere ce linteau et est 
eclairee par la fenetre (Fimposte 2. 
Les portes interieures des palais et maisons, dest-a-dire celles qui 
s'ouvrent d'une piecc sur une autre, sont habituellement tires-simples, 
basses et etroites, avant la fin du xve siecle. Ce ne sont que des ouver- 
tures permettant a une seule personne de passer a la fois. Ces portes 
etaient en outre garnies de portieres. Dans aucune habitation du 
moyen fige, ftitvelle priiiciärre, on ne trouverait de ces portes d'appar- 
tements ayant 3 ou 4 metres de hauteur, comme dans nos hotels mo- 
dernes, par cette raison bien naturelle, que si nobles qu'elles fussent. 
les personnes passant par ces portes n'avaient pas une taille qui attei- 
gnit six pieds. Si ces portes parfois sont larges, pour permettre une 
circulation facile, elles ne depassent pas 2m50 sous linteau. 
(l'est sous le regne de Louis XIV qu'on a commence seulement 
a percer des portes d'appartements ayant une plus grande elevation : 
on considerait cela comme plus noble alors, sinon plus sense. 
Les portes interieures des habitations du moyen fige sont tres-sim- 
ples, parce qu'elles sbuvraient derriere des tapisseries, et qu'on n'en 
apercevait qu'a peine les jambages et les linteaux. Leurs vantaux seuls 
etaient travailles avec recherche. Les linteaux sont, ou rectilignes, ou 
en portion (l'arc de cercle, ou en cintre surbaisse. On voit dejfi, dans 
des batiments du commencement du XIVE siecle, apparaitife ces lin- 
teaux traces au moyen de trois centres; mais c'est surtout vers la iin 
Jyez CHATEAU, ESCALIER, Ivhgrsow. 
Jyez Notice sur les IIIUIHLIIIUILIS 
du Barry], 
1834. 
llnzü,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.