Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1138088
PORTE 
446 
porche du xivt sieclc, ne rappelle, en aucune facon, par son style, 
la porte laterale de la cathedrale de Iieims que nous avons donne-e 
(fig. 77). C'est qu'en effet, entre l'architecture de la Champagne et 
celle de Picardie, les (litferences sont notables au commencement, du 
XIII' siecle, et cependant les architectes de. ces monuments etaient tous 
deux sortis du domaine royal; mais il est evident (et cela est a leur 
louange) que ces niaitres savaient plier leur talent aux traditions 
locales, a la qualite des materiziux mis a leur disposition et au genie 
(les populations qui les appelaient. La porte late-rztlc de la nef de Notre- 
Dame dläniiens est encore, dans les details de la sculpture. quelque 
peu empreinte du style du xn" sitwcle, mais la composition est. entiere- 
ment nouvelle. D'abord elle est. accompagnee de deux arcades aveugles 
comprises entre les contre-forts; les trois arcs (celui central elant 
presque plein cintre) sont surmontes de gables figures par un simple 
biseau; son ensemble est large ettrapu; la statuaire en est exclue. En 
etfet, autant. l'architecture gothique champenoise, a son origine, est 
prodigue de statuaire, autant. celle de Picardie en est avare. Mais, en 
revanche, la sculpture dfornement est riche et largement developpee ; 
les chapiteaux de cette porte (tig. 78) sont beaux; les tailloirs et meme 
les astragales sont (lecores; le tympan est couvert d'une tapisserie 
de rosaces d'un grand CQPZICIÄPPO. Dejät les arcs sont. accompagnes de re- 
denls, et les profils sont fins et multiplies. On retrouve dans cette com- 
position secondaire Fampleur, qui est. une des plus belles qualites 
de la catliedrale (FAmiens. Ce ne sont plus les proportions massives 
et allongees de Notre-Dame de Remis; les supports sont gistäles et les 
ouvertures larges. C'est: ainsi que ces artistes savaient mettre de Funite 
dans leurs oeuvres et adopter un parti, suivi fidelement dans les details 
aussi bien que dans les ensembles de leurs compositions. En A, est. 
trace le plan de la porte laterztle de la cathedrale d'Amiens; en B, au 
vingtieme de Fexecution, la section d'un pied-droit avec sa COlOHHGÜP 
monolithe, les tailloirs (les chapiteaux et la trace des archivoltes sur 
ces tailloirs, les profils a et. la formant les redents; le nu du tympan 
etant en c. En C, est. donne, egalement. au vingtieme, un fragment de 
la tapisserie qui decore le linteau-tympan. 
Vers la meme epoque, on reconstruisail. la eathedrale de Ghartres 
sur des fondations anterieures. Au pied des deux (rentre-forts occi- 
dentaux des deux bras de croix, l'architecte du commencement du 
xme siecle menageziit deux portes destinees a donner entree a la crypte. 
Ces portes sont d'une extrenle simplicite et ne se recommandent que 
par la beaute de leur structure. Nous donnons (fig. 79) l'une d'elles. 
Un large biseau ebrase les jambages et Parchivolte exterieurement; le 
linteau-tympan, soutenu par deux corbeaux, est perce. d'un oeil destine 
a eclairer la descente a la crypte. En A, est "triuree la coupe de cette 
porte. Ici encore on peut saisir l'harmonie repandue dans ces editices 
du commencement du xme siecle. Par son caractere seul, ce membre
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.