Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1137942
vouw 
132 
qui garnissent les cbrztseinents sont le plus souvent accolees a des 
colonnes portant un chapiteau surmonte d'un dais. Chaque statue fai- 
saitainsi partie de l'architecture; elle etait comme une sorte de carya- 
tide qu'il fallait poser en construisant Feditice; mais alors le mou- 
vement, fechelle de ces figures etaient ainsi associes intimement a 
l'ensemble. Plus tard, tiers le milieu du X1119 siecle, on laissa, dans les 
ebratsements des portes, des rentrants qui permettaient de poser 
les statues apres coup et lorsque la batisse etait elevee. Cette methode 
citait certes plus commode pour les statuaires, en ce qu'elle ne les 
obligeait pas a hater leur travail et a suivre celui des constructeurs, 
mais l'art s'en ressentit. Les figures, dorenavant faites a l'atelier, peul- 
otzre a intervalles assez longs, n'eurent plus Funite monumentale 
si remarquable dans les editices de la premiere ptiriode gothique. La 
statuaire, sujette de l'architecture pour les bas-reliefs et pour toutes les 
parties qu'il fallait poser en batisszint, s'amoindrissant meme pour 
Inietlx laisser (lominer les formes architectoniques, semancipztit lors- 
qu'il s'agissait. de faire de grandes figures posees apres coup. L'artiste 
perdait de vue llicuvre commune, et tout entier a son travail isole, 
comme cela n'a que trop souvent lieu aujourd'hui, il apportait de son 
atelier des figures qui sentaient le travail individuel et ne formaient 
plus, reunies, cet ensemble complet qui seul peut produire une vive 
impression sur le spectateur. 
        
nature, la recherche dans les details, une certaine coquetterie dans 
le faire, remplacent, le style grandiose et severe des artistes tailleurs 
(Fimages du X118 siecle et du commencement. du X111". Il suffit d'exa_ 
Ininer les portails du xivt siecle pour etre convaincu de la verite de 
cette observation. 
Parmi les grandes portes deglises elevees vers le commencement 
du xlvc siecle, il faut noter entre les plus belles celles de la cathedrale 
de ltouen, les deux portes de la tlalende et des Libraires, ou plutot de 
la Librairie  Maigre la profusion des (letails, la tenuite des moulures 
et de Fornementzttion, ces portes conservent cependant encore des 
masses bien accusees, et leurs proportions sont etudiees par un artiste 
(zonsomme. 
Bien que le format de cet ouvrage ne se prete guere a rendre par la 
gravure des (BLIVFGS aussi remplies de details, cependant nous donnons 
ici l'une de ces deux portes de la cathedrale de Rouen, celle de la 
Galende. Cette porte (Üg- 70) Cünlprend de grandes lignes principales 
fortement accentuees; elle se detatzhe avec art entre les gros contre- 
forts qui Fepaulesnt. 
Sur le "trumeau etait placec la statue du Christ, detruite aujourd'hui. 
Dans les ebrasements, dix aipotres, trois de chaque cote ; quatre statues 
' Cette porte ätait ainsi designcic parce qu'elle don 
inslullüc, pendant le moyen iugc, lu bibliulhäquu du 
nait du cüw du 
chapitre. 
oü se trouvait
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.