Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1137792
M7 
PORTE 
Nous avons vu comme Fecole de 'l'oulouse avait su concilier les tra- 
ditions de l'architecture gallo-romaine avec les donnees byzantines 
recueillies en Orient. Une autre ecole voisine, (zelle de la Provence, 
setait initiee plus intimement encore aux derniers vestiges de l'art. 
greco-romain, refugie en Syrie. En examinantles portes de Saint-Gilles 
et de Saint-Trophinle d'Arles, qui datent de la fin du x11" sieele, on 
croirait voir les restes de ces monuments semes en si grand nombre 
sur la route d'Antiocl1e aAlep. En effet, cette contree fut conquise par 
les croises en 1098, sous le commandement de Bohemond I", tils de 
ltobert Guiscard, et jusqu'en 1268 la prineipaute d'Antioche resta 
aux mains des Occidentaux. Les Proveneziux etaient. les intermediaires 
naturels entre la France et les croises etablis en Syrie; il n'est donc 
pas surprenant qu'ils aient rapporte, de ces contrees si riches en m0- 
nunients romano-grecs, les elements des arts qu'ils pratiquerent en 
Occident pendant le xue sieele. 
Mais les Provenqaux possedaient chez eux de nombreux monuments 
de Fecole romaine ; et en s'inspirant du style rapporte d'Orient, ils y 
melaient, aune forte dose, les elements romains epars sur leur sol. 
Ainsi, bien que les dispositions generales, les proportions, les profils, 
Pornementation, soient presque entierement empruntes a la Syrie, 
la statuaire est (lerivee du style gallo-romain, avec quelques intluences 
byzantines. Il n'en pouvait etre autrement, puisque les eclitices des 
environs d'Antioche sont totalement depourvus de statuaire. Les 
belles portes des eglises de SaintJFrophime d'Arles et de Saint-Gilles 
sont couvertes de figures fortement. empreintes de traditions gallo- 
romaines. L'imagerie, abandonnee par les chretiens d'Orient. des v" et 
V10 siecles, qui eleverent. les monuments dont nous venons de parler. 
resta toujours en honneur chez les Occidentaux. Ceux-ci suppleerent 
a ce qu'il manquait. aux modeles recueillis en Orient, par l'imitation 
des debris gallo-romains et des nombreuses sculptures que l'on rap- 
portait. sans cesse de Gonstantinople, et qui ornaient des meubles, des 
coffrets, des diptyques, des couvertures de manuscrits de bois, d'ivoire 
ou (Forfevreifiea. Byzantie entretenait un commerce considerable avec 
tout FOccident pendantles x12 et xue siecles, et la sculpture. maigre 
les ieonoclastes, y avait toujours ete pratiquee pour satisfaire au goüt 
des Francais, des Italiens et des Allemands. Il faut donc (listinguer, 
dans nos monuments de Provence du xne siecle, ces deux elements : 
l'un (lerive des formes architectoniques provenant de la principaute 
dlkntioehe ; l'autre issu des traditions gallo-romaines et des exporta- 
tions d'objets faliiriques a Gonstantinople. Ces elements connus et 
appreeies, Üetfüilrcliitecture proveneale du xue siecle s'explique natu- 
rellement. Silon ne tient compte de ces origines diverses, cette archi- 
tecture est inexplicable, en ce qu'elle semble surgir tout a coup du 
milieu de la barbarie, en presentant les caracteres d'un art tres-ztvance, 
t-l plus prüs de la decadence que du berceau. On peut apprecier ces 
traracteres en jetant les yeux sur la tigure 66, qui donne une partie (le 
vu.  53
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.