Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1137730
 Ml  [ PORTE 1 
lourd, barbare meme, si on le compare a celui des provinces du Gentre, 
de l'Ouest et du Midi; et tandis que dans ces dernieres contrees, la 
transition du roman au gothique se fait peniblement, ou ne se fait pas 
du tout, nous voyons s'epanouir tout a coup, dans Flle-de-France, en 
(luelques annees, un style delicat, sobre, rompant avec les traditions 
des tiges precedents, tenant compte des proportions, en evitzint lesbi- 
zarreries si frequentes au moment de, la formation d'un art. 
ANesles, les colonnettes sont monostyles, independailtes de la ba- 
lisse; le trace du plan est, sauf plus de legerete, tout roman; mais les 
archivoltes se profilent de la facon la plus heureuse et la plus logique 
(voy. en A). La sculpture, rare, tandis qu'elle est prodiguee dans les 
portes romanes de la meme contree, est repartie parun artiste de goüt 
sur les cordons, sur les pieds-droits, entre les colonnettes, comme pour 
faire ressortir celles-ci. Il y a evidenlmeilt ici reaction contre le style 
roman. Ce n'est pas une modification, c'est une rupture compliztfgqui 
(levait. amener rapidement les plus beaux resultats, puisque les portes 
occidentales de la cathedrale de Paris sont a peu pres contemporaines 
de celles-ci, et que les portes des cathedrales d'Amiens et de [teints 
selevent trente ou quarante ans plus tardl. 
Avant de nous occuper des portes si remarquables de quelques- 
nnes de nos cathedrales franeaises, nous croyons necessaire de faire 
vonnaitre encore certaines tentatives faites dans les provinces au n1o- 
ment ou l'art s'affranchit des traditions romanes. 
Pendant. qu'on elevait les portes que nous avons figurees dans ces 
deux derniers exemples, dest-a-dire de 1190 a 1200, on batissuit en 
Bourgogne, pres d'Avallon, un tiwäs-rennirqualne monument religieux, 
dont nous avons souvent l'occasion de parler, la petite eglise de Mont- 
real (Yonne). Sa facade occidentale, entierement lisse, n'est decoree 
que par une porte basse, large, et par une rose. La porte se distingue 
par la singularite de sa composition et par sa sculpture, qui est du plus 
beau style. Afin de pouvoir mieux faire apprecier cet ouvrage a nos 
lecteurs, nous adoptons une echelle qui permettra de prendre une 
idee plus exacte de_ son caractere, et nous ne donnons ainsi que la 
moitie de l'ensemble (fig. 63). 
Bien que les murs de Feglise de Montreal soient eleves en moellon 
smille, les piles interieures, les contre-forts et la facade sont construits 
en bel appareil de pierre de Goutarnoux (Champ-Retard) ; les joints et 
lits etant fins et parfaitement dresses. Quant aux ravalements, ils sont 
faits avec un soin et une precision de taille tout a fait remarquables, et le 
charme de ce petit edifice consiste principalement dans la maniere 
dont sont traites les profils et les tailles. Tous les parements droits 
' Le linteau et_le trumeau de la porte de Päglise de Nesles ont ätä enleväs et no sont 
rcstituäs ici que sur fragments. Nous ne savons si le tympan contenait un bas-relief; 
nous en doutons, considärant Pexträme sobriätä de la sculpture de ce petit monument 
ülnvä i: l'aide de ressources mas-minimes.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.