Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1137036
341 
PORTE 
gauche est presentee avec ses creneauxiavolets, en temps de paix'. 
Toute la magzonnerie de cet ouvrage est entierement elevee en belles 
pierres de gres, gris verdätre, d'une bonne qualite. Les assises sont 
ciselees sur les aretes des lits et joints avec bossage brut sur la face; 
les lits, tries-bien dresses et poses sur couche de mortier excellent, 
 k QHMJ 
a 
ont0'",0l d'e1)aisseui' en moyenne. L'aspect exterieur et interieur de 
cette porte est des plus imposants, et les salles interieures admirable- 
ment construites avec beaux parements layes. Il ne manquait il cette 
construction, pour etre complete, que les combles, qui ont ete reta- 
blis depuis peu, sous la direction de la Commission (les monuments 
historiques? 
Avant de quitter cet edifice si remarquable a tous egards, il est 
necessaire de rendre compte du jeu des herses, parfaitement visible 
encore. 
Nous prenons pour exemple la seconde herse, celle qui est ma- 
noeuvree exterieurement, sur le chemin de ronde du cote de la ville 
(fig23). En A, la herse est. supposee levee. En a, sont les trous de scelle- 
ment des deux jambeltes du treuil figure en a' dans la coupe C. On 
voit encore en place les deux gros pitons b dans lesquels etait entilee 
une barre de fer ronde qui etait destinee a maintenir les contre- 
poids c, lorsqu'ils etaient zibaisses. En outre, deux cales e, figurees 
en d, dans la coupe, et entrant dans deux trous disposes acet effet, sou- 
tenaient la herse levee. Les scellements des deux pieces de bois f qui 
etaient destinees a supporter les poulies sont "intacts. Lorsqu'on vou- 
lait baisser la herse (voyez en B), on appuyait un peu sur le treuil, de 
niauiere a enlever facilementles cales e et a faire glisser la barrette de 
fer passant dans les pitons b; puis on laissait aller, en lachant, sur les 
deux manivelles du treuil. La herse tombee, on decrochait les deux 
barres de fer g, et l'on faisait. entrer les oeils h dans deux goujons 
de fer encore scelles dans la muraille. Ainsi devenait-il impossible, 
du bas, de soulever la herse. Deux grands crochets de fer scelles en 
l supportaient une_ traverse de bois a laquelle etait suspendu l'ap- 
' Cette älävation est 51 0"',0025 pour mätre. 
f Pour de plus HmPICS ÜÜf-HÜS, VÜYez les Archives des monuments historiques pubiiües 
spus les auspices du lilinistre de la maison de l'empereur et des Beaux-Arts. 
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.