Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1136840
[ ronrn 1  322  
commandant, pouvaient difficilement trahir. La chambre de la seconde 
herse est totalement separee du premier treuil. Les hommes charges 
de manoeuvrer cette seconde herse ne voyaient pas ce qui se passait 
a Fexterieur, et ne pouvaient. s'entendre avec ceux postes au pre- 
mier treuil. Ils pouvaient meme etre enfermes dans cette chambre. 
On evitait ainsi les chances de trahison: car il faut dire qu'alors les 
defenseurs comme les assaillants d'une place etaient recrutes par- 
tout, et ces troupes de mercenaires etaient disposees a se vendre au 
plus offrant; beaucoup de places etaient prises par la trahison d'un 
poste, et toutes les combinaisons des architectes militaires (levaient 
tendre a eviter les relations des postes charges de la manoeuvre (les 
fermetureslavfec les dehors, a les isoler completement. ou a les placer 
sous l'oeil ( u capitaine. 
Les surprises des places par les portes etaient si frequentes, que 
non-seulement, on multipliait les obstacles, les fermetures dans la 
longueur de leur percee, mais qu'on plagait, au dehors, des barba- 
canes, des ouvrages avances qui en rendaient l'approche difficile, qui 
obligeaient les entrants a des (letours et les faisaient passer a travers 
plusieurs postes.  
Aujourd'hui, lorsqu'on assiege regulierement une place, on etablit 
la premiere parallele a 600 ou 800 metres, et en cheminant peu a peu 
vers le point (l'attaque par des tranchees, on etablit des batteries de 
breche le plus pres possible de la contrescar e du fosse; les assie- 
geants, avec l'artillerie a feu, ne se preoccupenli guere des portes que 
pour empecher les assieges de s'en servir pour faire des sorties. Mais 
lorsque l'attaque d'une place ne pouvait etre serleuse qu'au moment 
ou l'on altachaiti les mineurs aux remparts, on coneoit. que les portes 
devenaient un point faible. Ijattaque definitive etant extremement 
rapprochee, toute ouverture, toute issue devait provoquer les efforts 
de lassiegezint. 
En etucliant les portes fortifiees des places du moyen äge, il est donc 
tres-impfirtaiit. de reconnaitre les dehors et de chercher les traces des 
ouvrages zwances qui les protegeaient; car la porte elle-meme, si bien 
munie qu'elle isoil, n'est toujours qu'une derniere defense precedee 
de beaucoup ( autres. 
La porte de Laon, a Goucy-le-Ghfiteau, est, a ce point de vue, une 
des plus belles conceptions d'architecture militaire du commencement 
du moyen tige. Batie, ainsi que les remparts de la ville et 1e ghäteau 
lui-Ineme, tout au commencement du xme siecle par Enguerrand III, 
sire de Coucyt, elle donne entree dans la ville en face du plateau qui 
' La porte de Laon, 51 Coucy, est LFune date un peu anterieure il la construction 
ehäteau. Naturellement l'enceinte de la ville dut preeealer Fedilication du chäteau et 
fameux donjon; cette porte, par son style et sa structure, appartient aux premiel 
annecs du X111" siecle. Euguerrand lll prit possession 11e sa seigneurie vers 1183, 
mourut en 1'242.  
du 
du 
l'es 
et
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.