Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1136393
277 
PORCÜE 
hypothese est d'autant plus admissible, qu'il existe encore au-dessus 
de la niche les lrampants d'un comble bas qui devait couvrir la salle 
de ce porche projete, non acheire, ou bientot remplace par le porche 
actuel. Le porche primitif, _d'znpres la disposition duranipant du comble 
ancien, ne devait couvrir que la grande porte et ne säätentlait pas de- 
vant les collateraux. Lorsqu'on se decidaaconstruire le porche actuel, 
qui comprend la largeur totale de la fagade, il fallut elever les ram- 
pants du comble et boucher la partie inferieure des trois fenetres qui 
eclairent la voüte de la nef et qui sont percees dans le grand pignon. 
Notre coupe transversale (fig. 13) indique donc, en A, ladispositionpre- 
sumee du porche primitif, et en B, celle du porche actuel. Apres cette 
modification, la grande niche en partie engagee dans la voüte, perdant 
une partie de sa hauteur, ne parait plus avoir ete utilisee, car la partie 
superieure du porche ne fut jamais elevee ; mais cette niche, decoree 
de jolis pilastres canneles, percee d'une seule ouverture tres-pelite 
donnant sur la nef, accompagnee de ces deux portes communiquant 
aux deux escaliers a vis, avait certainement une destination. Devait- 
elle contenirun autel, comme la niche interieure de la facade de Gluny, 
ou comme celle BXLÜPlGIIPB du porche de Vezelayimela paraitprobable. 
Mais a quelles ceremonies elaient reserves ces autels places au pre- 
mier elage au-dessus des porches, ou surune tribune inlerieure? Voila 
ce qu'aucun texte ne nous apprend jusqu'a ce jour. 
Dans notre coupe, la ligne ponctuer. G indique le niveau du sol exte- 
rieur en avant du porche; on se rendra compte de l'effet grandiose que 
produit ce vaste emmarchement couvert, termine par ce portail si lar- 
gement compose. Le porche actuel est eividemment, une fieuvre d'imi- 
tation, inspiree peut-etre du porche de Vezelay, mais qui altere le ca- 
ractere primitif du monument, rappelant ces charmantes constructions 
romano-grecques du v0 siecle, decouvertes par M. le comte Melchior 
(le Vogue entre Antioche et Alep. Il n'est pas douteux que les maitres 
du x11" siecle, de certaines provinces de France, avaient vu ces monu- 
ments et qu'ils les imitaient non-seulement dans les profils et l'orne- 
mcntalion, mais aussi dans certaines dispositions generales. Quelques- 
unes de ces eglises romano-grecques possedent d'ailleurs des porches 
avec tribune au-dessus et clochers lateraux. 
Nous croyons devoir donner (fig. 14) le plan de la salle superieure du 
{porche d'Autun, avec ses deux escaliers et. portes. Läircature aveugle 
portee sur des pilastres a Finterieur, derriere la niche, et qui ifegnc 
avec le triforium de la nef, est percee de deux baies A au droit des 
escaliers. Pourquoi ces baies? Quant aux portes B,elles s'ouvrent sous 
les combles des bas cotes de la nef. (les singularites nous prouvent que 
nous ignorons sous quelles donnees religieuses ont ete eriges les por- 
ches de nos eglises du xn" siecle, qui subissaient plus ou moins l'in- 
fluence de l'ordre de Cluny; il y a la un sujetdkätudes que nous recom- 
mandons  nos archeologues et qui nous parait digne de fixer leur 
attention. Evidemment, a cette epoque, les porches ont eu une impor-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.