Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1135841
PONT 
222 
que ce personnage fut le chef de la confrerie des Hospitaliers pontifizs 
qui entreprit la construction du pont d'Avignon. Cette confrerie, 
au Xlle siecle, etait iiistituee pour batir des ponts, etablir des bacs, et 
donner assistance aux voyageurs sur les bords des rivieres 1. Quoi 
qu'il en soit, le pont de Saint-Benezet, savamment construit, existerait 
encore, ifetaicnt, les guerres et l'incurie des gens d'Avignon. 
Glemeiit VI en fit reconstruire quatre arches. Les Catalans et les Ara- 
gonais le couperent en 1395, pendant le siege du palais des Papes. 
En 1.118, les Avignonais firent retablir l'arche coupee; mais, soit 
que l'ouvrage aitete mal fait, soit que les autres parties du pont ne 
fussent pas entretenues, une arche s'affaisse et entraina la chute de 
trois autres en 1602. En 1633, il en tomba deux autres, et pendant 
Fhifei" de 1670, sur le grand bras, on constate encore la chute de deux 
arc les  Ces arches furent tant bien que mal re arees ar des ouvra- 
ges de cliarpenterie, mais depuis plus d'un sieclz ce belziu monument 
est reduit aux quatre arches qui tiennent au cliät-elet du cote de la. 
ville. Ce pont etait la seule voie permanente de communication qui 
existait entre le territoire papal d'Avignon et le territoire franeais du 
Laiiguedoc. Dans des temps recules, la ville avait etendu sa juridiction 
dans les iles du RllÜlle et en face de son territoire, sur tout le littoral 
de la rive droite du tlcuve. Ses justiciers avaient fait dresser leurs four- 
ches patibulaires, les unes devant la fontaine de Montaud, les autres sur 
le rocher au nord du lieu des Angles, qu'on appelle encore la Justice. 
Tant que les rois de France possederent la ville d'Avignon indivisement 
avec les comtes de Provence, ils n'apporterent aucun obstacle a cette 
extension de la juridiction de la cite; mais lorsqu'au mois de septem- 
bre 1290, Philippe le Bel, par suite du mariage de Gharles, son cousin, 
avec Marguerite, fille du roi de Sicile, comte de Provence, lui eut cede 
les droits de suzerainete qu'il avait sur Avignon, il pretendit faire res- 
pecter danstavenii- ses limites territoriales ; en consequence, ses offi- 
ciers firentjeter, en 1307, les fondations de la tour de Villeneuve, qui 
ferme le pont du cote de la rive droite. Charles II, roi de Sicile, se plai- 
gnit de cet acte, qu'il considerait comme un einpietenient sur ses 
  li,   7      
dioits CqÜSllbleSlftdl lusage, en alleguant que le territoire d Avignon 
s etendait au littoial de la rive droite du Rhone. Le roi de France coin- 
mit son senechal de Beaucaire pour faire une enquete au sujet de cette 
reclamation ; celui-ci se transporta sur les lieux, et se disposait a en- 
tendre des temoins, lorsque les magistrats d'Avignon intervinreiit, di- 
' La confrcric religieuse des Freres hospitaliers pontifes prit naissance et süätablit 
-d'abord il Maupas,z1u dioccse de Cavaillon, des Fannäe 1164, Llhpres les Recherches 
historiques de l'alibi? GPägOiPC- Petit Benoit, ou saint Bänezet, fut le chef de cette insti- 
tution, et aurait connnence ses travaux 51 Maupas; ce serait aprcs cette premiüre muvre 
qu'il aurait entrepris la construction du pont düävignon. 
f Dans le recueil des Plans et profils deef principales villes et lieux consinlärables de 
Ifrance, par le sieur Tassin (1652), est donnäe une vue d'Avignon avec le pont Saint- 
Bcnezct. Deux arches manquent dans Pile et trois sur le grand bras.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.