Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1135701
PLATINE 
208 
Aussi les constructeurs du moyen "äge n'ont-ils jamais employe le 
plätre dans la grosse maconnerie, dans ce que nous appelons la limou- 
sinerie, ni (sauf des cas tires-rares) pour remplir les lits ou joints des 
pierres. Ils posaient toujours leurs assises de pierres a bain de mortier, 
et pour leurs lalocages entre les parements, ils n'employaicnt. jamais 
que le mortier avec du gros sable. Il arrivait cependant parfois qu'il 
n'etait pas possible de poser des claveaux, par exemple, a bain de mor- 
tier, lorsque les cintres avaient une tries-grande portee et que les arcs 
etaient tres-epais; alors on coulait, dans les joints, de bon platre. 
C'est ainsi quütvziient ete bandes primitivement les claveaux des arcs 
de la rose occidentale de la cathedralc de Paris; et il faut dire que le 
platre employfeä etait excellent, car les lames (le coulis s'enlevaient 
comme de minces tablettes d'un centimetre d'epaisseur, sans se 
briser. 
cema principalement dans les interieurs que les architectes du 
moyen age employaient le platre, pour faire des entrevous et des 
aires sur les planchers, pour hourder des pans de bois, des cloisons, 
pour faire des enduits. La plupart des pans de bois de refend des mai- 
sons des XIVE el. xv" siecles sont bourdes en platre. Nous avons vu meme 
parfois des baies, ctonnant, d'une piece dans l'autre, decoupees dans 
du platre. Dans Parchevtäclie de Narbonne. sous le passage de la porte 
d'entree, il existe une petite rose du xlvt siecle, en plätre, mouluree 
sur des fentons de fer et donnant dans la grande salle voisine. On fai- 
sait aussi a cette epoque des manteaux de cheminee en platre mou- 
lure et sculpte (voy. Guinmvifzis), des corniches d'appartements, des 
clotets', des doubles baies qu'on fermait dlätoftes. Tres-anciennement, 
pendant lepoque merovingienne et carlovingienne primitive, on avait 
fait des cercueils de plätre, et dans les fouilles des vieux {cimetieres 
on en retrouve de nombreux debris. On employait aussi le platre ta- 
mise tPÄBS-fill pour faire des enduits sur la pierre et meme sur le bois, 
afin (le pouvoir y appliquer des peintures. Le moine Theophile parle 
de nombreux ouvrages de bois dans lesquels le platre joue un role 
important. Le julatre pur non falsifie acquiert une grande durete, il 
est larillant dans la cassure, tres-blanc et resistant. Or, les gens du 
moyen fige, naifs connue chacun sait, n'avaient pas decouvert tous les 
procedes modernes äl'aicle desquels on falsifie cette excellente ma- 
tiere, et leurs enduits de platre sont d'une beaute remarquable. Tou- 
tefois le platre, meme bon, ne resiste pas aux agents atmospheriques, 
et il ne peut et ne doit etre employe qu'a Finterieur ou dans des lieux 
bien abrites. 
1 Le 010m; äfaif; une separation ätablie ä demeure ou provisoirement dans une grande 
salle. Beaucoup de grandes salles de chäteaux avaient ainsi des clotets qui formaient 
autant de cabinets ou l'on pouvait se retirer. Ces clotets n'avaient guere que 2 mbtres 
de hauteur, sans plafond. On les rcmplaga plus tard par des paravents, empruntäs aux 
divisions que les Chinois ätablissent inslantanäment dans leurs logis.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.