Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1135690
 207  [ PLATRE j 
sait un isolement, puis on posait des bardeaux sur les solives, et l'on 
formait des alugets, egalenlent en plätre, dans lesquels on tassait le 
cran, la marne ou mäme la terre destines ä recevoir le carrelage. 
PLATE-BANDE, s. f. On appelle ainsi unlinteau appareille en claveaux. 
La plate-bande, ou reunion de pierres horizontalement posees sur 
deux laieds-droits, etant en principe de construction un appareil vi- 
cieux, les architectes du moyen äge ne l'ont guere plus employee que 
les Grecs. Les Grecs ifadmettaient. pas l'arc, et, s'ils avaient a franchir 
un espace entre deux piliers, deux pieds-droits ou deux (eolonnes, ils 
posaient sur les points d'appui verticaux un monolithe horizontal. Les 
Romains procederent de meme dans la plupart des cas, hien qu'ils 
eussent dejät appareille des linteaux et qu'ils en aient fait ainsi de veri- 
tables pltlltlS-DEIINIGS. Les architectes du moyen fige, saufde tres-rares 
exceptions mentionnees dans l'article GoNsTRUcTmN et FENETRE, ont 
toujours repousse le linteau compose de claveaux. S'ils craignaient une 
rupture, ils handaient. au-dessus un arc de decharge. Nous sommes 
moins scrupuleux, et. nous posons, dans nos editices publicsfou prives, 
autant de plates-bandes qu'il y a de baies ou de travees fermees hori- 
zontalement; seulement nous avons le soin de soutenir cet. appareil 
vicieux au moyen de fortes luarres de fer. 
Alors pourquoi ne pas employer des monolithes? Nbmettons pas de 
mentionner ici, encore une fois, les plates-bandes de nos grands 1110- 
numents, comme la colonnade du Louvre, le Garde-Meuble, la Made- 
leine, le Pantheonjrlont les claveaux sont entilcs dans des barres de 
fer suspendues "par des tirants a (les arcs superieurs. Les architectes 
du moyfen age, on le oomprenrl, ne pouvaient s'astreindre a mentir dc 
cette sorte aux principes les plus Vrais et les plus naturels de la con- 
struction, et c'est pour cela que plusieurs les considererent comme 
des gens naifs. 
PLATRE, s. n1. Gypse cuit au four, broye, se combinant rapidement 
avec l'eau de maniere a fornler un corps solide, leger, assez dur, et 
tres-niauvais conducteur du calorique. 
C'est un prejuge de croire que les constructeurs du moyen äge n'ont 
pas employe le plätre. Cette matierc, au contraire, etait admise non- 
seulemcnt dans les constructions privees, mais aussi dans les edilices 
publics. (l'est qu'en eilet le platre est, une excellente matiere, la ques- 
tion est de Femployer a propos. 
Le plfllPfi pur, melange avec la quantite d'eau convenable, des qu'il 
commence a durcir (ce qui a lieu presque immediatement apres le 
melange), gonfle et prend un volume plus considerable que celui qu'il 
avait ä lkilalu liquide. A mesure que l'eau sevapore et lorsqu'il se des- 
Seche, il perd au contraire de son volume. Ce retrait, on le COIHPPQÜdv- 
Peut etre dangereux dans nombre de cas; il produit des "tassements.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.