Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1135685
[ PLAFOND ]  206  
refendues E suivant: leur diagonale, et posees comme le fait voir la 
figure. Dans l'angle rentrant forme par la juxtaposition de ces solives 
sont clonees des (zhzinlattes I, puis sur le tout des madriers K, en tra- 
vers. Ges solives s'assemblent. dans des poutres, dont nous donnons 
la demi-section en L. Quelquefois les angles saillants de ces solives 
 refentlues sont chanfreines, ce qui donne au plafond une apparence 
de legerete peu (fommune. La mode du majestueux (car le majestueux 
est une des modes les plus flurables en ce pays, qui en change si vo- 
lontiers) a detruit ou recouvert de lattis beaucoup de ces plafonds du 
moyen  ou de la renaissance. ll faut etre a la piste des demolitions 
de nos plus vieux botels pour decouvrir sous des platrziges des com- 
binaisons souvent tres-ingenieuses. C'est ainsi, par exemple, que lors 
de la (lemolition de Fhotel de la Tremoille, a Paris, nous avons vu sous 
des lattis recouverts de moulures de plättre, des solivages tres-delitrzite 
ment travailles, poses sur des poutres et formant une suite de gracieux 
caissons carres. Getait une combinaison analogue a celle donnce (lans 
la figure 3, si ce n'est que les entretoises etaient assembleesatiers de 
bois avec les solives et laissaient des intervalles parfaitement carres. 
Chacun de ces intervalles etait rempli par un panneau sculpte d'ara- 
besques; le tout zivait ete peint et dore. ljAngletei-re, plus conserva- 
trice que nous de ses vieux eclifices (ce qui ne Pempeehe pas (letre ala 
tete des ide-es de progres), possede encore de beaux plafonds des xve 
et xvf siecles, en bois moulure et. sculpte. Si les portees des poutres 
      
posees de deux moises pincant deux pieces inclinees formant arbale- 
triers nojfes dans fepaisseur du solivage et du carrelage. Des etriers 
de fer forge et orne suspendaient la poutre aux deux arbaletriers ; ces 
etriers contribuaient. a la (lecoration de la poutre, et les moulures en- 
taillees sur ses aretes vues shrretaient, au droit des ferrures. On voit 
frequemment (les plafonds figures ainsi dans des vignettes de manu- 
scrits du xvt siecle. 
Gomme on se fatigue de tout, meme des choses qui ne sont justi- 
fiees ni par la raison ni par le goüt, nous pouvons esperer voir aban- 
donner un jour les lourds plafonds a vonssures et a gros caissons, a 
figures ronde bosse et a (lraperies entremelees de guirlandes et de pots, 
si fort en vogue depuis le regne de Louis XIV, et revenir aux plafonds 
dont la forme serait indiquee par la structure, qutelle soit de bois ou 
de fer. 
Il faut observer ici que des le xve siecle, entre les solives des plan- 
chers, on faisaitsouvent des entrevous en plätre enduits sur bardeaux, 
poses sur tasseaux clones aux deux tiers de Pepaissenr de la solive, 
tant pour 6mpäCllF5l' la poussiere de tamiser entre les languettes des 
planches de recouvrement que pour eviter la sonorite des planchers 
entierement (le bois. (les entrevous etaientpeints et meme quelquefois 
(lecores de reliefs en platre. On voit quelques plafonds de ce genre 
dans de vieilles maisons dUrleans. Au-dessus des entrevons, on lais-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.