Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1135611
l n 
  199  I: PLAFOND ] 
lavwaienl de tries-grandes portees, les constructeurs ne se faisaient pas 
faute de les armer pour leur donner du roide et les empecher de fle- 
chir sous le poids des solivages. Il est clair que ces sortes de planchers 
prenaient loieaucoup de hauteur; mais nos devanciers ne craignaient 
pas les saillies produites par les poutres, et les consideraient meme 
comme un moyen decoratif. 
Les poutres (fig. l) avaient en general peu de portee dans les murs, 
Px M f 
T 1) ihä    
fQxxx,      _jj   
r  BXX_XXY'WIXWW  15  A   
   fihf  ÄLXÄ 
    klaaüjxf  
_V_ fff   yx {d M-I 
     
  "fjifälx,   
 WT__  
1,4 2'      
 zf   
  ÄQQf   
 I ÜIKX7    
i  Üfxfü   
 5  
.4 
s14 W iff-X E  
 T W 
xx XFXX 
x   NX x 
 X"    v1 
K XXÄ 
 X X f. 3-? _kx u 
 jzx xxx xxä  
XXXX S   
K-   N K 4,511   
    " v1, 
_ G l A  W 
Hägää H    
 tiux    
x  
"  141 ERÜUUFLIW 
mais etaicnl, soulagees par des corbeaux de pierre plus ou moins sailf 
lants. Si ces poutres etaient ornees de profils sur leurs aretes, ceux-ci 
lfapparaissaient qu'au delä de lnportee sur les corbeaux. Dans les plan- 
chers les plus anciens, les solives posent d'un bout seulement sur ces 
poutres, ainsi qu'il est figure en B; de l'autre, dans une rainure pra- 
tiquee dans la muraille, dans des trous ou surune lambourde G, comme 
on le voit en D, laquelle lambourde est posec elle-meule sur des cor- 
helets ou un profil continu. Gomme il arrivait assez frequenmlenti que
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.