Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1135442
[ PINACLE ]  182  
Fabondance de composition de ceux de Notre-Dame de Reims. Ils co11- 
sistent en un pyramidion a section octogonale, surmontant la tete du 
contre-fort termine par trois gables au-dessus de la gargouille recevant 
les eaux des combles coulant dans le caniveau A fOFIIIÜHtLOlIIIPGPOII sur 
         
niveau B; ce pinacle n'est plus qu'un simple couronnement destine 
a couvrir ce pilier et a alleger son sommet. Un programme aussi res- 
treint etant donne, ces pinacles sont encore habilement agences, et il 
est difficile de passer d'une base massive a un couronnement grele 
avec plus (YZIÜPOSSG. 
Les contre-forts de la cathedrale de Rouen, au-dessus des chapelles 
de la nef, du cote septentrional, montrent de beaux pinacles datant de 
4260 environ. Ils se composent (fig. 6) d'un edicule ayanten epaisseur 
le double de sa largeur; la partie posterieure est pleine et sert de culee 
a Parc-boutant; la partie anterieure est ajouree et repose sur deux 
colonnettes. Sous le dais que forment les gäbles anterieurs est placee 
une statue de roi; les murs de cloture des chapelles sont en A. Sürs 
de la qualite des materiaux qu'ils choisissaient, et sachant les em- 
ployer en raison meme de cette qualite, les architectes de (zctte epoqile 
ne reculaient pas devant ces hardiesses. (les pinacles, qui ont aujour- 
d'hui 600 ans, et qui n'ont certes pas ete entretenus avec beaucoup de 
soin, sont encore debout, et leurs fines colonnettes supportent leurs 
couronnements sans avoir subi d'alteration. On voit un pinacle ana- 
logue a ceux-ci, a la tete du premier (foutre-fort septentrional du choeur 
de la Cätthädrtlle de Paris, reconstruit exceptionnellement vers 1260, 
etcontenan t les statues des trois rois mages groupes. Ceux de Peglise 
abbatiale de Saint-Denis, eleves a la tete des arcs-boutants sous le 
regne de saint Louis, rappelaient primitivement cette donnee ; mais 
ils ont ete tellement detiguifes, lors des restaurations entreprises, il y 
a vingt-cinq ans, qu'on ne saurait les reconnaitre. Un clocheton octo- 
gone surmontait la double travee des gäbles. 
Le xivt siecle alla plus loin encore en fait de legeretc dans la com- 
position des pinacles. Geux de la chapelle de la Vierge de la cathedrale 
ile'Rouen sont d'une tenuite qui les fait ressembler a des objets (Perfe- 
vrerie, et semblent plutot etre executes en metal qu'en pierre; il est 
vrai que la pierre choisie, celle de Vernon, se prC-te merveilleusement, 
a ces delicatesses. 
Gomme dans tous les autres membres de l'architecture gothique, les 
pinacles adoptent les lignes verticales de preference aux lignes horizon- 
tales, ä mesure qu'ils s'eloignent du commencement du XIIIÜ siecle. Ainsi 
(fig. 7) les pinacles qui terminent les contre-forts de la sainte Chapelle 
du Palais a Paris, traces en A, reposent su-rla corniche qui fait tout le 
tour du batiment, et leurs gables prennent naissance sur une tablette 
horizontale a placee sur un de cubique orne de refouillements. (Jeux de 
la salle synodale de Sens, eleves a la meme epoque, dest-a-clire vers 
1250, et tous varies, accusent encore des lignes horizontales qui coupent
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.