Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1135389
PINA CLE 
176 
un jour de foule, dans la rue de Rivoli a Paris, pour reconnaitre les 
inconvenients des arc-tes vives laissees sur les piliers isoles: ce sont 
autant de lames blessantes placees au devant des passants. Admetlant 
que cela soit monumental, ce n'en est pas moins tres-incommode. 
Les architectes de la fin du xve siecle ont non-seulement fait des- 
cendre le long des piles les profils prismatiques des aretes des voütes, 
mais encore ils se sont plu parfois a tordre ces profils en spirale, et 
a decorer d'ornements sculptcs les intervalles laisses entre les cotes. 
On voit un curieux pilier ainsi taille au fond du chevet de Feglise 
Saint-Severin, a Paris. On en voit un compose de gros boudins en spi- 
rale dans Feglise Sainte-Croix de Provins. Ce sont la des fantaisies 
qui ne sauraient servir d'exemples et que rien nejuslitie. La province 
de Normandie fournit plus qu'aucune autre ces etrangetes dues au 
caprice de l'artiste qui, a bout de ressources, cherche dans son imagi- 
nation des combinaisons propres a surprendre le public. Les maitres 
du moyen age ifontjamais eu recours aces bizarreries. Ce n'est qu'en 
Angleterre que des le xine siecle nait ce desir de produire des elfets 
surprenants. Deja, dans la cathedrztle de Lincoln, on voit des piliers 
de cette epoque composes avec une recherche des petits effets qu'on 
ne trouve dans notre ecole que beaucoup plus tard. Des exemples de 
piliers sontpresentes dans les articles ARCHITECTURE IlELlGIEUSE, Carmi- 
IJHALE, CONSTRUCTION et TRAVEE. 
PINACLE, s. m. Couronnement, finoison, comme on disait au xivesiecle, 
d'un contre-fort, d'un point d'appui vertical, plus ou moins orne et 
se terminant en cone ou en pyramide. Dans les monuments d'une 
haute antiquite, on signale deja certains amortissements (Pangles de 
frontons et de corniches qui sont de veritables pinaclesl. La plupart 
des monuments de notre periode romane ont perdu presque tous ces 
(rouronnements superieurs, qui l'appelaient cette tradition antique. 
Toutefois les ornenlents en forme de iponlme de pin, qui terminent 
les lanternons de Feglise de Saint-Front, de Perigueux, peuvent bien 
passer pour de veritables pinacles. Ce n'est guere qu'au x11" sieele 
que l'on commence a signaler des restes nombreux de ces sortes 
d"amortissements. Alors ils surmontent les angles des clochers 
carres a la base des cones ou des pyramides formant la tleche; ils 
apparaissent au-dessus des contre-forts aux angles des pignons. 
D'abord peu developpes, ou en forme dedicules, ils prennent, des 
la fin du xucsiecle, une assez grande importance; puis, au commen- 
cement du xmc siecle, ils deviennent Souvent de veritables monu- 
ments. Gomme tous les mentbres de l'architecture de ce temps, les 
' Voyez la medaille frappee sous le regne de Caraealla, donnant au revers le temple 
de Venus bä Papllüs (brenze); celle donnant au revers les propylees du temple rdu fSoleil 
514 Balalbek. f Consulter llflrclzileclurft numismrllica, recueillie par Donaldson, architecte 
(Londres, 1859). 
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.