Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1135143
PILIEH 
152 
d'ailleurs; par consequetit resistance suffisante, si les colonnes etaient, 
de pierre dure, de granit ou de marbre. Des murs de brique bien faits 
ne pesent guere; des charpentes, si larges qu'elles soient, n'exercent 
qu'une pression assez faible. Mais quanta l'art de la construction pra- 
tique par les Romains, on tomba dans une grossiere imitation de cet 
art, on dut substituera des murs minces, bien liaisonnes, garnis de 
mortier excellent, revetus d'enduits indestructibles ou batis de pierres, 
d'appareil posees a joints vifs, des murs de moellons smilles, ntal liai- 
sonnes, remplis de mauvais mortier; des lors il fallait necessairement 
donner aces murs une plus forte epaisseur, puisqu'ils portaient un poids 
plus considerable; aux colonnes ou piliers, une plus large section. 
D'ailleurs les constructeurs romans, pendant la periode carlovingienne, 
ne pouvaient ni extraire ni tailler des colonnes de marbre, de granit 
ou de pierre dure monolithes; ils composaient celles-ci par assises de 
pierres basses et meme quelquefois de moellons. Les piliers renforces 
ne resistaient pas toujours aux charges qu'on leur imposait, ils se ger- 
caient, se lezairdaient; on en vint a augmenter demesurement leur 
force pour eviter ces accidents, on adopta les sections rectangulaires : 
leurs assises etaient ainsi plus faciles a poser et plus resistantes ; sou- 
vent on leur donna une epaisseur plus forte que celle des murs dont 
ils avaient a supporter la charge. 
Beaucoup de monuments des x9 et x19 siecles ont. conserve despilieifs 
dans la construction desquels on observe les tatonnements, les essais 
des constructeurs, rarement satisfaits du resultat obtenu, car ces piliers 
etaient non-seulement disgracieux, mal relies aux parties superieures, 
mais encore ils prenaient une place considerable, encombraient les 
interieurs et genaient, la circulation. Aussi n'est-il pas rare alors de voir 
dans un meme edifice des piliers batis en meme temps affectant des 
formes (lifterentes, comme si les architectes dussent les essayer toutes, 
dans Fimpossibilite ou ils se trouvaient d'en trouver une qui püt les 
contenter. Pendant le x18 siecle nous voyons employer simultanemetil; 
les piliers a section carree, carree avec aretes abattues, circulaires, 
lobee, carree cantonnee de demi-cercles, barlongue, circulaire, en- 
touree d'une serie de sections de cercle, etc.; mais rien n'est arrtäte, 
rien n'est detinitif, aucun systeme ne prevaut. 
Dans la petite eglise de Vignory (Haute-Marney, les murs de la nef 
sont supportes par une suite de piliers a section barlongue ; puis la (ler- 
niere travee pres du choeur presente des piliers a section circulaire 
(fig. l). Au-dessus du pilier a section circulaire A est pose, pour former 
le faux triforium B, un pilier a section carree dont les angles sont arron- 
disf. L'architecte, se deliant de la petitesse de ses materiaux, n'a pas ose, 
elever les piles de la nef jusque la hauteur du lambris des combles 
' Du X" au x10 siäcle. 
' Voyez la monographie de Yäglise de Vignory donnäe düapräs les dessins de M. Boas- 
wilwald (Archiv. des monuments histor. publ. sous les auspices du Rlinistbre cPELuL.) 
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.