Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1134902
PIERRE 
128 
soit "en les portant sur des corbeaux ou sur des arcs, soit en laissant 
sous leur lit un espace vide ou bien rempli d'une matiere impermeable- 
tel qu'un mastic a l'huile ou a la resine. Ils n'avaient pas moins observe 
les effets que certaines pierres juxtaposees produisent les unes sur les 
autres. Ainsi les gres, ayant la [iropriele (le contenir une grande quan- 
tile d'eau, absorbent rapidement celle du sol et de Fatmosphere. 
Lorsqu'au-dessus de ces assises de gres on pose des pierres qui se 
salpetrent assez facilement, on voit bientot la decoinposition se pro- 
duire pres de leur lit touchant au gres, et cette decomposition ne 
s'arrete plus, elle monte chaque annee". Ges memes pierres, posees sur 
des assises d'une roche calcaire ifabsorbant pas une aussi grande quan- 
tite d'eau que le gres, ne se seraient peut-etre jamais decomposees. 
Aussi, quand les constructeurs du moyen age ont pose des assises de 
gres en soubassement surmontees d'assises calcaires, ils ont eu le soin 
de choisir celles-ci parmi les qualites compactes n'etant pas sensibles 
a l'action du salpetre, ou bien ils ont interpose entre le gres et le cal- 
caire un lit d'ardoises (schiste). Cette methode a ete tires-frequemment 
einployee pendant les XlVe et xve siecles. 
Toutes les pierres calcaires, au sortir de la carriere, contiennent une 
quantile d'eau considerable; sitot exposees a l'air, une grande partie de 
cette eau tend a s'evaporer, et arrive successivementdu coeur a la sur- 
face. En faisant ce trajet, cette eau entraine avec elle une certaine quan- 
tite de carbonate de chaux en dissolution qui se cristallise sur le pare- 
ment, et forme une cronte ferme, resistante, qui non-seulement preserve 
la" pierre des agents exterieurs, mais lui donne une patine, une couverte 
que rien ne peut remplacer. Les constructeurs du moyen tige ayant eu 
pour habitude de tailler detinitivement la pierre sur le chantier avant 
le montage et la pose, il en resultait que cette patine se formait sur les 
moulures et sur les sculptures comme sur les parements, et. que Pedi- 
tice construit etait uniformement recouvert (le cet.te croüte produite 
par ce qu'on appelle l'eau de carriäre. Cfetait un double avantage : pape- 
ments resistant mieux aux agents atmospheriques, et belle couleur uni- 
forme et chaude que donne cette patine naturelle. L'usage moderne de 
monter les edifices epanneles seulement et de faire les ravalements 
Mes-longtemps souvent apres que la pose a ete achevee, d'enlever sur 
ces materiaux mis en oeuvrel ou 2 centiinetres depaisseuretquelque- 
fois plus, a pour consequence de (letruire a tout jamais cette croüte pre- 
servatrice, puisqu'elle ne se forme sur les parements qu'autantque la 
pierre est fraichement extraite de la carriere. Cet usage moderne est 
particulierement funeste ala conservation des pierres tendres, telles que 
le banc royal de l'0ise, les vergeles ; les calcaires de Saintonge,de Gaen; 
les calcaires alpins de Beaucaire, les calcaires tendres de Bourgogne; 
les pierres de Molenes, de Mailly-lzi-Ville, de Courson, de Tonnerre ; les 
craies. Mais que dire de cet autre usage de gratter a vif des parements 
anciens? On leur enleve ainsi Peleinent conservateur qui les a preserves 
pendant plusieurs siecles; on tue la pierre, pour nous servir d'une
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.