Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1134851
 123  [ rmnnu l 
Lorsque l'architecture gothique fut adoptee, elle sut tirer un mer- 
veilleux parti des materiaux divers fournis par le sol. A dater du x11 sie- 
cle, on voit employer simultanement des pierres de qualites tres-di- 
verses, suivant le besoin, ainsi qu'il est aise de s'en apercevoiren lisant 
notre article GoNsTaUcTmN. Alors on ne recule pas devant des dilticultläs 
de transport. qui devaient etre considerables lorsqu'il s'agissait de se 
procurer certaines pierres dont la qualite etait propre a un objet 
special. C'est ainsi, par exemple, que nous voyons employer, pour 168 
flolonnes monolithes du choeur de Vezelay, bäti vers 1190, des pierres 
dures de Goutarnoux, dont la carriere est a 30 kilometres de l'abbaye, 
bien qu'on possedat des pierres propres a la construction a une faible 
distance; qu'a Semur en Auxois, nous voyons mettre en (BUVPG cette 
admirable pierre de Pouillenayf, qui prend le poli; qu'a Sens, on fait 
Venir de la pierre de Paris pour bätirla salle synodale ; quHtTroyes, a la 
lin du X1115 siecle, nous voyons les constructeurs aller chercher du liais 
il 'l'onnerre pour batir Peglise Saint-Urbain, qu'il eüt ete impossible 
(telever avec d'autres materiaux; que bien plus tard, a Paris, nous 
Voyons les architectes demander de la pierre a Vernon pour restaurer 
la rose de la sainte Chapelle et pour elever certaines parties de Yhotel 
de la  exemples, que nous pourrions multiplier a l'infini, 
prouvent combien les constructeurs de la periode dite gothique por- 
talent une attention scrupuleuse dans le choix des pierres qu'ils met- 
taient en oeuvreÄLorsque le style gothique fut definitivement admis sur 
toute la surface de la France, vers la fin du X1110 siecle, les constructeurs 
lrhesiterent pas, pour se conformer au goüt du temps, a employer des 
pierres qui certes, par leur nature, ne se pretaient guere a recevoirces 
formes. C'est ainsi que, vers 1270, on eleve le choeur de la cathedrzlle 
de Limoges en granit, celui de la cathedrale de Glermont en lave de 
Volvic; que, vers le milieu du xve siecle, on construit le chevet de 
Täglise abbatiale du mont Saint-Michel en mer de meme en granit, 
sans se preoccuper des difficultes de taille que presente cette matiere; 
qu'au commencement du x1ve siecle, on construit en gres tres-dur le 
Sanctuaire et le transsept de l'ancienne cathedrale de Garcassonne 
(Saint-Nazaire). 
A l'inspection des monuments eleves pendantle moyen fige, il est aise 
de reconnaitre qu'alors, plus encore que pendant la periode gallo-ro- 
maine, on exploitait une quantite considerable de carrieres qui depuis 
Ont ete abandonnees; qu'on savait employer les pierres exploitees en 
raison de leur qualite, mais avec une economie scrupuleuse m'est-a- 
dire qu'on ne placait pas dans un parement, par exemple, une pierre de 
(lualite superieure convenable pour faire des colonnes monolithes, des 
corniches, des cheneaux ou des meneaux. Ce fait est remarquable dans 
Üfl de nos edifices bäti avec un luxe de materiaux exceptionnel : nous 
Voulons parler de la cathedrale de Paris. La les constructeurs ont pro- 
Cädc avec autant de soin que deconoinie dans l'emploi des materiaux. 
Les pierres employees dans la cathedrale de Paris proviennent toutes
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.