Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Palais - Puits]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133423
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1134563
PEINTURE 
poussant. Depuis longtemps on se lire d'affaire avec de l'or; quand 
l'harmonie ne peut se soutenir, qu'elle n'a pas etc calculee, on pro- 
digue l'or. Mais l'or (qu'on nous pernlette l'expression) est une tipiee, 
ce n'est pas un mets; en jeter partout, toujours et a tout propos, peut- 
etre irestfce qu'un aveu d'impuissance. Il est des peintures d'un aspect 
tres-riche sans que l'or y entre pour laiplus faible parcelle. L'or est 
l'appoint presque oblige du bleu; mais on peut produire un etfettres- 
brillant sans bleu, et par consequent. sans or. Les peintures du (lonjon 
de (loucy, ou il n'entre pas une parcelle de bleu ni d'or, sont vives, 
gaies, harmonieuses, chaudes et riches. (Jellestlurelectoire de la com- 
manderie du Temple, a Metz t, sont d'un eclat. merveilleux, et l'or ni le 
bleu ne s'y trouvent. Cette peinture date de la premiere moitie du 
xin" siecle; elle decore une salle (fomposetä de (leu); nefs, avec une 
epine de colonnts portant un plafond en (rharpfsnte (fig. l'a, voy. le 
plan A). Sur les colonnes est posee une poutre maitresse qui recoit un 
solivage. La poutre, les solives etles parois de la muraille sont entie- 
rement revetues de peintures. En B, nous indiquons la peinture des 
murailles dont le fond se modilie, (femme dessin, a chaque travee. 
Toute liornenlentzttiou ne  que le blanc pour les fonds, le 
jaune (ocre) et. le rouge (ocre). Entre chaque solive a est un dessin re- 
presentant des animaux se dctachzttit en brun rouge vif sur fond blanc. 
Au-dessous est. une frise b dont l'or-tiennent est blanc sur fond brun 
rotige clair, avec redessines brun rouge fonce. Puis,au droit. de chaque 
colonne, un dais c trace de meme en brun rouge, avec figure rl. "Entre 
chaque dais les fonds c se composent d'un semis brun rouge sur blanc. 
Le soubassement. fconsiste en de larges (lenticules brun rouge, zivec 
intervallesjaune ocre get feuillages brun rouge clair rehausses de 
traits noirs. La poutre maitresse, par-dessous, donne le (lessin le com- 
pose d'un onde brun miuge sur le blanc, zivec larges bordures jaunes. 
"Les solives 2' sont [otites varices : les unes tigurent un vairc blanc sur 
fond gris, avec filets brun rouge; (Fautres. des chevrons alternative- 
ment. blancs, rouges et. jaunes, separeis par des traits noirs. Sur ces 
faces, la poutre math-esse Z presente des chevaliers chargeant, peints 
et redessintäs en rouge brun sur fond blanc, avec rosettes egalement, 
rouges. Toute la (leeoratioii de cette salle ne (zonsiste donc qu'en deux 
tons, le jaune ocre et le rouge ocre sur fond blanc, avec quelques ra- 
res touches grises. A l'aide de ces moyens si simples,l'artist.e a cepen- 
dant obtenu un effet tres-brillztnt, tres-vit" et d'une harmonie parfaite. 
Mais ici le bleu ni l'or n'interviennent dans la peinture.  
Un observera que les parties qui figurent des membres (l'architec- 
ture, comme le dais c, par exemple, ne prctentlent. pas simuler une 
ornementation en relief. Cette architecture peinte est toute de con- 
vention; c'est un hieroglyphe. On ne songeait pas alors, pas plus que 
est a 
xrmgi 
' Ce räfcctoirc 
de magasin ä fox 
11'111 
li com 
Jris dans lcs 
lges ch 
Rlctz; il sr 
la citadelle de
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.