Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1129659
HÜTEL 
VILLE 
compris. Mais, jusfpfau XlVe siecle, les communes ont a subir des 
vicissitudes si diverses, aujourd'hui Octroyees, demain abolies, qu'il 
nous reste bien peu de maisons de ville anterieures a cette epoque, le 
premier acte de lautorite qui abolissait la commune etant d'exiger 
la demolition de Photel et du beffroi. a Les maisons communes, dit 
a M. Champollion-Figeacl, appartenaient quelquefois au roi ou aux 
a seigneurs suzerains, qui en permettaient l'usage a de certaines con- 
ff ditions. En 1271, celle de Carcassonne provint dlun don royal, et le 
a senechal y exertjait la police au nom du monarquei... Celle de la 
a ville de Limoges appartenait, en 1275, au vicomte de ce nom, qui 
a permettait aux consuls de s'y assembler avec le prcävot pour discuter 
a les affaires municipales, et elle portait le nom de Consulat. Elle avait 
a cependant etc construite par la commune; mais il fut reconnu que 
a cfetait sur un emplacement appartenant au vicomte, ce qui fut cause 
a que la proprio-te lui fut zidjugee sur sa reclamation. n 
Detat pitecaire des communes, le peu de ressources dont elles dispo- 
Saient pour subvenir a toutes les charges qui leur etaient imposees, 
devaient les arreter souvent dans leurs projets de construction de mai- 
sons de ville. Cependant certaines grandes cites, comme Bordeaux, 
par exemple, possedaient des editices batls pour servir de maisons de 
ville, vers la fin du xirf siecle3. Il est certainque les villes de la Gaule 
situees au midi de la Loire avaient conserve, beaucoup mieux que celles 
du nord, les traditions municipales des derniers temps de l'empire ro- 
main. u C'est la seulement, dit M. Aug. Thierry4, que les cites affran- 
(t ehies atteignirent a la plenitutle de cette existence republicztine, qui 
u etait en quelque sorte Fideal auquel aspiraient toutes les communes. a 
Aussi ces villes possedaient-elles des edifices auxquels on peut donner 
le nom de ündwlläün cmmntuze, aune epoque ou, dans le Nord, on n'avait eu 
ni le loisir ni les moyens materiels necessaires aleur erection. Certaines 
parties du Capitole de Toulouse indiquent une date fort ancienne, et cet 
hotel municipal etait une veritable forteresse des le Xirf siecle. 
Dans la petite ville de Saint-Antonin, situee dans le departement de 
Tarn-et-Garonne, cite autrefois importante et riche, il existe encore un 
hotel de ville du milieu du X110 siecle, qui est certainement l'un des 
plus curieux editices civils de la France. Il servait de halle a rez-de- 
chaussee. Le premier et le second etage contenaient chacun une salle 
et un cabinet. Une tour servant de beffroi conronnait un des cotes de 
la lroisiäme race 
' Droits et usages concernant les travaux de construction, etc, s-ous la troisiäme race 
des rois de France. Paris, 1860 
2 On observera que les Carcassonnais, chassris de l'ancienne ville apräs le sieäge mis 
par Trincavel, obtinrent du roi saint Louis de rebätir une ville de l'autre cütü du PAude 
(voy. ARCHITECTURE nuuumn). 
1' Voyez le Bulletin des vomiiäs historiques, fevricr 4851 : Notice sur Fliätel de ville de 
Bordeaux, par M. Lamothe. 
' Lettres sur l'histoire de Ifrance (XIIF siüclc  12 
v1.   
etc., sous
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.