Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1129645
IIÜTEL 
VIL] 
posait d'un coffre de menuiserie, avec un grand disque de bois, repre- 
sentant en peinture les indications relatives aux principales fetes mo- 
biles. Dans la partie du milieu se trouvait un cadran dont les aiguilles 
marquaient les mouvements du soleil et de la lune, les heures et leurs 
subdivisions. Le couronnement etait orne d'une statuette de la Vierge, 
devant laquelle on voyait, a l'heure de midi, s'incliner trois mages; un 
coq chantait au meme instant en laattant des ailes. Un petit carillon 
jouait des airs a certaines heures. Cette horloge fut remplacee en 1547, 
puis refaite en 1838: c'est celle que nous voyons aujourd'hui sur la 
paroi du transsept meridional, en face de l'emplacement reserve a l'an- 
cienne horloge t. 
On voit encore dans les eathedrztles de Beauvais et de Reims des 
horloges dont les coffres datent du xlvt siecle. Elles sont toutes deux 
fort bien gravees dans le recueil publie par M. Gailhabaud 2. 
Sur les tours dfeglises, du xnt au xiv" siecle, aucun espace n'est dis- 
pose pour le placement de cadrans pouvant etre apereus de loin; ce 
qui fait supposer qu'avant le xv" siecle, si des sonneries indiquaient 
les heures aux habitants des villes, il n'y atvait point de cadrans exte- 
rieurs. On ne voit apparaitre ceux-ci que vers la {in du xv" siecle. lls 
sont alors couverts par de petits auvents, et faqonnes soit en bois, soit 
en plomb, et revetus de peintures. 
HOTEL, s. m. On donnait le nom dihätel aux habitations qui, dans 
les villes, appartenaient a des seigneurs ou a de riches particuliers, 
mais qui n'avaient point le caraetere d'un chateau, ciest-äi-dire qui ne 
possedaient point de droits feodaux. 
La residenec des souverains dans Paris s'appelait le palais. L0 Lou- 
vre, bati hors les murs, etait un chäteau. On designait les autres PÜSL 
dences souveraines etablies dans Paris, mais qui n'avaient point un 
caraetere feodal, non plus sous le nom de palais, mais SOUS celui 
(Yhütel. On disait lihotelSaint-Pol, Thotel des Tournelles. On disait aussi 
Fhotel de Gluny, Photel de Sens, Photel de Bourbon, lihotel de Nevers, 
Fhotel de la Treinoille. A Bourges, l'habitation de Jacques Cceur est un 
veritable hoteLToutefois, pourne pas mettre de la confusion dans l'es- 
prit de nos lecteurs, nous avons range les hotels dans l'article MAISON 
la difference entre Fhotel et la maison etant souvent (lifficile a etablir: 
HOTEL DE VILLE, s. m. Maison commune. Le mouvement politique 
qui se manifesta des le x16 siecle dans un certain nombre de villes, et 
qui eut pour resultat l'affranchissement de la commune, chercha natu- 
rellement ä centraliser la conjuration en elevant un edifice propre 
ä contenir les juräs. Toutes fois qu'une charte de commune etait oc- 
Lroyee, le droit deriger une maison commune et un beffroi s'y trouvait 
Voy. Descript. abrägäe de l'horloge (Lslron. 
f Lürchitecture du v" au xvue sieäcle, t. IV. 
de la cdthdzlr 
de Strasbourg;
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.