Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1129571
HEURTOIR 
feotlal ou a la commune, sur lequel on pOFlHOtLillLlil vente de marchan- 
dises. La halle se tenait sur une place, sous des porches (Peglises, sous 
des portiques de maisons, autour (les beffrois, des hotels de ville, sous 
des appentis. Par le fait, la halle n'avait pas un earaclere monumental 
qui lui fut particulier. ll n'y a donc pas lieu de nous eteildre ici sur 
ces etablissements. Sauval, cependant, mentionne la halle aux draps 
en gros de Paris, qui, des 1417, a consistait en vingt travees, avait six 
toises de large, et etait couverte d'une voüte de pierre de taille v. Mais 
cette halle ayant eu- demolie en 1572, nous n'avons aucun renseigne- 
ment sur sa structure. 
HERSE, s. f. (Imrse, coulisse). Lourde claire-voie composee de pieces 
de fer ou de charpente assomblees, s'engageant verticalement dans 
deux rainures et formant un obstacle sous le passage d'une porte for- 
tiiiee. La herse se releve au moyen de contre-poids et d'un treuil; elle 
retombe par son propre poids. Les Romains connaissaient la herse; on 
la voit figuree sur des vignettes de manuscrits des les IXe et Xle siecles. 
Toutefois, dans les ediüces militaires encore debout, nous n'en con- 
naissons pas qui soient zinterieuros au xne sieele. 
Nous aurons l'occasion de donner un certain nombre de combinai- 
sons do herses a llartiole PORTE.  
HEU RTOIR, s. m. (lzzortoir). Marteau pour frapper aux portes. Les pre- 
miers heurtoirs paraissent avoir ete de petits maillets suspendus exte- 
rieurement aux huis des portes. 
Bien semblait Fhermitage de vieil antiquitä. 
Cele part est aläc s'a f! Fuissct hurtü. 
D'un maillet qui 151 peut a sus Puis assend  
Les anneaux de fer attaches a des tetes de bronze en dehors des 
pertes, des une epoque tres-ancienne, servaient egalement de heur- 
teirs, car ils sont souvent munis d'une boule ou partie renllee qui frap- 
pait sur une grosse Lete de clou. Ces anneaux facilitaient le tirage des 
vantaux lorsqifon voulait les fermer; de plus ils etaient, a la porte 
(le certaines eglises, un signe d'asile. Pour requerir l'asile, il sufllsait 
de saisir l'anneau. A ce sujet, Lebeuff dit avoir eu connaissance de cet 
ancien usage (mentionne d'ailleurs par Gregoire de Tours) dans l'his- 
toire (les niilwnfles de saint Germain, recueillis par le moine Ileric 
clfAuxerre, sous Charles le Chauve. Au XVle siecle, pour indiquer l'ac- 
tion de se servir duheurtoir, on disait tabuter a la porte 3. 
Voici (lig. 1) un des plus anciens heurteirs a anneau que nous con- 
1 Li Ronmm de Baffe Ws Ümm P158, chap. xLv. Edit. Techencr 
2 Histoire (le la ville et du diocdse de Paris, t. I" p. 374 , 
a Gymbalunl 1nundi. , 
M
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.