Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1129546
GRILLE 
oauvre de serrurerie soit fort bien entendue comme composition, le 
travail en est des plus grossiers. Les montants de fer carre, lourdement 
travailles, se terminent par des couronnements E de fer battu ct 
sondes. Des frises de tole faeonnee et ajouree A et B masquent les tra- 
verses de la grille et leurs trous reniles, ainsi que l'indique le profil D. 
Les toles de la traverse b, detaillees en B, se terminent par un petit 
crenelage avec rosaces, dont le figure perspectif C explique la faeon. 
Les toles de traverses ab, AB, sont maintenues par des rivets qui pas- 
sent au-dessus et au-dessous des barres horizontales; elles sont donc 
entierement independantes des grilles et ne servent qu'a la decoration 
de l'oeuvre. Ces grilles, qui datent de la fin du xve siecle, sont des pre- 
mieres oil la tole rapportee et rivee remplace les plaques de fer battu 
et soudees. Cela simplifiait la fabrication, allait permettre de decorer 
la serrurerie d'une faeon tres-riche, mais devait peu a peu supprimer 
Fecole des forgerons, si brillante pendant une partie du Xll" siecle et 
toutle cours du X1119. Cette ecole cependant ifetait pas pres de sfeteindre 
dans les provinces du Nord-Est, ainsi que nous venons de le dire, et 
la serrurerie des xve et xvü siecles est, comme (Jeuvre de forge, sur les 
bords du Rhin, dans les Flandres, en Suisse et en Baviere, d'une exe- 
cution parfaite. Nous ne savons pas quel fut le forgeron qui fabriqua les 
grilles du tombeau de Maximilien a Innsbrück; mais, comme ceuvre de 
serrurerie, ces grilles sont superieures a tout ce que nous connaissons 
en ce genre (voy. SERRURERIE). A la ün du xve siecle et au commence- 
ment du XVIe, on trouve assez souvent, dans les provinces de FEst, des 
grilles dont les panneaux sont faconnes ainsi que l'indique la fig. 20. 
Tout le compartiment est forme d'une seule tige de fer rond de 0'201? 
de grosseur, se repliant sur elle-meme et se penetrant, comme le fait 
voir le trace A. A l'article SERRURERIE, nous decrivons les procedes de 
fabrication de ces sortes de grilles, qu'a grand'peine, et apres avoir 
brüle bien des tringles de fer, nous sommes parvenu a faire repro- 
duire par des forgerons tres-habiles. Cependant ces sortes de grilles 
composees de tiges de fer se penetrant en tous sens sont assez com- 
munes pour que l'on doive admettre qu'on les faconnait aux xvt et xv1' 
siecles sans difficultes. Elles presentaient, quoique legeres, une par_ 
faite solidite ; car ce qui aujourd'hui rend les grilles peu solides, malgre 
le poids extraordinaire qu'on est oblige de leur donner, ce sont ces 
tenons et ces goupilles qui font de la serrurerie une fabrication qu'on 
pourrait comparer a la menuiserie. Assembler des fers au moyen de 
tenons et de mortaises avec goupilles eüt paru aux forgerons du moyen 
age et de la renaissance une enormite; ce moyen, CQHVQHabIe 10115- 
qu'il s'agit de menuiserie, ne s'accorde point avec la nature du fer et 
les dimensions qu'on doit donner aux parties d'une grille. De fait, nous 
ne savons plus souder le fer, nous Fassemblons: ce n'est plus la de la 
serrurerie; et (zependant nous croyons savoir employer les metaux 
propres aux batiments beaucoup mieux que ne le faisaient les serru-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.