Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1129453
 69  [ GRILLE ] 
explique la transition entre le systeme des grilles avec ornements etam- 
pes et ceux obtenus au moyen de plaques de tole modelees, rappor- 
tees a l'aide de rivures. Ici ce n'est pas encore la tole rapportee, mais 
ce n'est plus le fer etampe : le principe des montants et traverses per- 
siste, chaque brindille est faconnee ainsi que l'indique le detail A; les 
feuilles decoupees sont obtenues aux depens de la brindille, dont le fer 
a ete refoule pour former une masse, aplatie ensuite au marteau. Au 
lieu d'etre attachees aux montants par des embrasses, comme dans les 
grilles du X1118 siecle, ces brindilles sont rivees lateralement en C. Les 
montants passes a travers les oeils des traverses hautes sont rives sous 
les traverses basses en D; de plus, ils sont recouverts sur les deux faces 
de deux plaques minces de fer battu retouchees et gravees au burin. 
Ces plaques, que nous avons supprimees dans le trace de l'ensemble 
de la grille, sont ügurees dans le detail E; les montants et traverses ont 
0"',O16 de large sur 0"',025 de champ; les brindilles, 0"',006 sur 02016 
de champ. La grille tout entiere, d'une traverse a l'autre, porte pres 
d'un metre  
Generalement, Z1 la fin du xrve siecle et au commencement du xv", 
les plaques de fer battu servant d'ornements sont soudees aux gros fers 
ou aux brindilles ; ce n'est que plus tard que la tole rivee est employee 
comme decoration. Il existe, dans le cloitre de la cathedrale du Puy 
en Velay, une grille de ce genre tres-habilement forgee. Nous en don- 
nons un ensemble (fig. 12). Chaque travee est soudee aux contre-forts A 
(voyez en K la section sur ab). Le sommet de Faccolade est rive, en B, 
au montant-milieu de la travee qui est tors; les autres sections sont 
a section carrce de 0'",0l5 de gros. Les treiles C sont aplatis a la forge 
aux depens des extremites des redents. Les fleurons D sont de fer battu 
et sondes aux accolades. Entre chaque montant, de petites plaques de 
tole decoupee et embrevees forment Yarcature E (voy. le detail G). Les 
fleurons du couronnement sont egalement de fer battu et sondes avec 
soin aux pointes des festons. Les bases et chapiteaux des montants, les 
profils des contre-forts, sont faconnes au marteau, sans traces de lime. 
On posait souvent alors (vers le commencement du xv" siecle) les mon- 
tants ou traverses sur l'angle, comme l'indique le dessin ci-contre, 
Cela permettait parfois de maintenir les ornements de remplissage 
sans avoir recours aux rivets ou aux embrasses. En voici un exemple 
remarquable qui provient de la cathedrale de Constance (fig. 13). On voit 
ici comment le fer diagonal A est maintenu prisonnier par les deux 
entailles qui entrent dans les deux traverses B posees sur l'angle. Dans 
et de bons avis, on arrive encore aujourd'hui il faire fabriquer ces ouvrages de ferronnerie. 
D'ailleurs ce ne sont jamais les ouvriers qui nous font däfaut en France. Uobstacle, c'est 
la routine, ce sont les projugäs; tranclions le mot, l'ignorance (les chefs, ignorance 
passäe 51 Fätat de priviläge inattaquable. 
1 Provenant d'une cloluro, magasins de Saint-Denis.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.