Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1133312
 455  [ OUVRIER ] 
Chaque ilfliliä ne pouvant avoir qu'un, deux ou trois apprentis sous ses 
ordres, devenait ainsi, vis-a-vis le maitre de l'oeuvre, ce que nous appe- 
lons aujourd'hui le compagnon, ayant avec lui un ou plusieurs gargons. 
Alors le salaire se regla par journees de compagnon et d'aide, et 
chaque compagnon devenait ainsi comme une fraction d'entrepreneur 
concourant 51 l'entreprise generale, au moyen d'un salaire convenu et 
regle pour telle ou telle partie. Aussi les marques de tächerons ne se 
voient plus sur nos monuments des provinces du domaine royal a dater 
du milieu du x11? siecle. 
Le maitre de l'oeuvre, charge de la conception et de la direction de 
l'ouvrage, se trouvait en meme temps le repartiteur des salaires, fai- 
sant, comme nous dirions aujourd'hui, soumissionner telle partie, telle 
vente, tel pilier, telle portion de muraille par tel et tel compagnon. 
C'est ce qui explique, dans un meme edilice, ces differences d'execution 
que l'on remarque d'un pilier, d'une voüte, d'une travee 51 l'autre, cer- 
taines variations dans les profils, etc. Les materiaux etant fournis par 
celui qui faisait bätir, ils etaient livres a chacun de ces compagnons 
apres avoir ete traces par le maitre de l'oeuvre, car le maitre de l'oeuvre 
etait forcement appareilleur 1. Le systeme de construction admis par les 
architectes du moyen age les obligeait a se mettre en rapport direct avec 
les ouvriers. Etencore aujourd'hui ne peut-on proceder autrement quand 
on veut l'appliquer. Il resultait naturellement de ces rapports continuels 
entre l'ordonnateur et Pexecutant un cachet d'art tries-fortement em- 
preint sur les moindres parties delkeuxfre, comme l'expression d'une 
meme pensee entre l'esprit qui combinait et la main qui executait. 
Nous avons change tout cela, et de notre temps les intermediaires 
entre l'architecte qui travaille dans son cabinet et l'ouvrier qui taille la 
pierre sont si nombreux, se connaissent si peu, que Yexecution n'est 
qu'une empreinte ellhcee de la conception. 
Nous sommes certainement des gens civilises, mais nous le serions 
davantage si, au lieu de manifester un dedain profond pour des insti- 
tutions que nous connaissons mal et qui donneraient quelque peine a 
etudier, nous tentions d'en proliter. Ainsi, il est bien certain qu'au 
mÜYeÜ 5180, entre le maitre de Pceuvre et l'ouvrier il n'y avait pas la 
distance immense qui separe aujourd'hui l'architecte des derniers exe- 
cutants; ce n'etait pas certes l'architecte qui se trouvait place plus bas 
sur les degres de Pechelle intellectuelle, mais bien l'ouvrier qui atteignait 
un degre superieur. Pour ne parler que de la maconnerie, la maniere 
1 Toutes les FGPPäSBHlZZILiOIIS de maitres des oeuvres au moyen ügc les montrent avec le 
grand compas (Fappareilleur il la main. Si nous disons que le maitre de l'oeuvre emn for- 
cement appareillcur, c'est qu'en effet, 1e systeme de Farchitccture dite gothique admis, il 
est necossmre que l'architecte trace lui-mome les äpures des divers membres de son ediflccl, 
Ce, fait seul explique pourquoi ce systeme do construction est repousse, comme indigne de 
notre etat civilise, par les maitres des muvres de notre temps, Gesf, ä tout, prendre, un 
assez dur meticr que celui cfappareilleur.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.