Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1132989
OGIVE 
422 
teme. Les liltrusques, qui ont fait de veritables ares appareilles, c'est-a- 
dire composes de claveaux dont les coupes sont normales a 1a courbe. 
et les Romains qui ont fait des arcs et des voütes en berceau d'aretes 
et en calotte hemispherique, n'ont jamais adopte l'ogive, ou s'ils l'ont 
fait, ce sont des exceptions trop rares pour qu'on en puisse tirer une 
conclusion. Les Romains n'ont admis qu'une courbe generatrice de la 
voüte, c'est le demi-cercle, ce qu'on appelle le plein cintre ou l'arc de 
cercle, cintre incomplet. D'Auguste a Constantin, pas d'exception a cette 
methode. Ce n'est guere qu'au vie siecle que nous voyons poindre l'ogive 
sur les bords de la Mediterranee, en Egypte, au Caire; etla, elle apparait 
deja comme le resultat d'un calcul. Dans un autre ouvrage, nous avons 
explique d'une maniere detaillee comme quoi les anciens se sont servis 
du triangle pour mettre en proportion leurs edifieesk comment parmi 
les triangles ils en avaient adopte trois : l" le triangle equilateral; 20 le 
triangle pris verticalement sur la diagonale d'une pyramide a base car- 
ree dont la section verticale faite du sommet paralleleinent a l'un des 
cotes de la base, est un triangle equilateral; 30 le triangle dont la base 
est quatre et la hauteur, prise perpendiculairement du milieu de cette 
base au sommet, est deux etdemi. Gestrois triangles donnent au sommet 
un angle de moins de 90' ; donc il n'est pas possible de les inscrire dans 
un demi-cercle. Le dernier de ces triangles, celui sur lequelaete tracee 
la pyramide de Gheops, et qui passait chez les Egyptiens, au dire de 
Plutarquei, comme derive du triangle parfait, est donc celui-ci (fig. l) 
en A : ab etant la base divisee en quatre parties, surla perpendiculaire 
elevee du point c, milieu de la base, nous portons deux parties et demie, 
cd; reunissant le point cl aux points a et b, nous obtenons le" triangle 
abd. Du milieu d'un des cotes bd, elevant une perpendiculaire jusqira 
sa rencontre e avec la base al), ce point e est le centre de l'arc (MM, dont 
le cote bd est la corde; procedant de meme pour le cote ad, nous avons 
trace deux arcs qui se coupent au point (l et qui composent ce qu'on 
appelle 11ne ogive. Prenant le triangle (fbzl comme generateui" de pro- 
portions, dest-a-dire comme donnant un rapport satisfaisant entre la 
base ab et la hauteur cal, il etait naturel de conserver ces rapports entre le 
diametre etla hauteur sous clef d'un arc. (l'est suivant ces methodes que 
procederent les architectes d'Alexandrie, des 1e vuesiecle de notre irre, et 
l'eco1e des Nestoriens, qui s'eleva bientot a un degre remarquable de 
splendeur chez les peuples d'()rient, peres de l'architecture a laquelle on 
donna le nom d'arabe. Le genie des-Grecs se retrouve encore dans ce prizm- 
(ripe de proportion des arcs, ainsi que nous l'avons deinontre ailleurs 3. 
Le triangle equilateral (voyez fig. l, en B) est aussi un generateur de 
Pogive; mais ce n'est que beaucoup plus "tard qu'on l'emploie, tandis 
 Voyez le [Veuvizäme Entretien sur lälrclzitectzzrc. 
f Trazftä sur Isis et Osiris. 
L Voyez le Akzzviämä Entretien sur llflrclzitectzzre.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.