Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1132978
 421  [ OGIVE 1, 
laire avec ebrasement interieur, qui etait percee dans le mur pignon de 
face au-dessous du lambris de la charpente. On trouve encore la trace 
de cette tradition dans certaines eglises romanes, surtout au midi de la 
Loire- La rose gothique est un developpement de Poculus de la basilique 
primitive (voy. ROSE). 
CGIVE, s. f. (fttbgtüP). On donne, assez improprement, le nom dogtrt: 
a la figure formee par deux arcs de cercle se coupant suivant un angle 
quelconque HBeaucoup de pages ont eteecrites sur l'origine de ce mot, 
et l'esprit de parti (parti dans la question d'art s'entend) s'en melant, 
on en est venu a si bien embrouiller la matiere que toute conclusion 
semble avoir etc ajournee a des temps plus calmes. Nous declzirons tout 
(l'abord que nous n'avons pas la pretention de donner ici une solution, 
quidailleurs importe assez peu; il nous suflira de fournir Etnos lecteurs 
les renseignements que nous avons pu recueillir sur l'adoption de cette 
figure dans l'architecture, 51 dater du XII" siecle en France, renseigne- 
ments dont on peut verilier l'exactitude sur les "monuments eux-niemes. 
Quant a la conclusion, nous laisserons a chacun le loisir de la tirer. 
Le compas etant invente, les intersections de cercles etaient trouvees, 
par consequent la figure appelee ogive. Ce n'est donc pas l'origine de la 
ligure qu'il importe de rechercher, mais l'origine de son application a la 
construction. Des monuments de l'Asie, de la Grece et de Pltalie, d'une 
tres-haute antiquite, nous montrent des ogives, dest-a-dire des berceaux 
ou des cavites (comme celle du tresor d'Atree, par exemple), dont la 
section est donnee par deux arcs de cercle se coupant ; mais tous ces 
monuments, sans exception, presentent un appareil horizontal, c'est-a- 
dire que les lits des pierres formant ces berceaux ou ces cavites sont 
horizontaux et non point normaux aux courbes. C'est la cependant un 
point essentiel, pour des architectes, car on ne peut ainsi donner a ces 
surfaces concaves les noms d'arc ou de eozttelaissons donc cette origine 
qui ne nous apprend qu'une chose, savoir que, lorsqu'il s'est agi de 
fermer un passage ou une salle, on a donne, pendant les epoques pri- 
mitives dont nous parlons, des formes diverses aux encorbellements, 
seuls moyens admis pour arriver a ce resultat. Retraites, plans inclines, 
courbures, ce sont toujours des encorbellements et non des voütes, et la 
forme ogivale n'est alors qu'une fantaisie du constructeur, non un sys- 
' Croix (Faugives, au commencement du XIVH siecle, s'entendaient pour les arcs Ülilgü" 
nuux d'une voüte d'arme gothique. Or, ces croix (Yaugives, ou arcs ogives, sont le piLIS 
souvent des pleins cintres. u Item Il crois (Paugives pour faire les voütes sus et une arche 
entre Il crois augiveres..." v (Titre de fondation d'une chapelle il Avcrduin. du mois de 
juin 1347. Archives de M. le duc de Luynes..."  Voyez t. Il des Annales arclzäologiquffs, 
p. 41, l'article de M. Lassus sur l'arc ogive.) Pendant le moyen äge, et jusqu'au xvF siccle, 
le mot ogive -ou augive, arcs ogives, ne s'appliquait qu'aux nervures croisees. Les autres 
arcs, fussent-ils aigus, s'appelaient arc-douhleau, tiercerovz, formeret, (Voyez les HFIiCIGS 
Auc, Corrsmucnou.) .
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.