Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1132895
 443  [ NEF ] 
regle.Non-seulen1ent ces grandes eglises ne contenaient pas de trans- 
sepl, mais elles etaient depourvues de chapelles laterales ; c'est a peine 
         
sur les bas cotes du sanctuaire. Des fouilles que nous avons fait faire 
dans la cathedrale de Sens, bätic, comme on sait, vers le milieu du 
X110 siecle, ont mis ajour les bases des piliers qui passaient au milieu 
du transsept actuel, et lorsqu'on est prevenu de ce fait, on reconnail 
aisement comment, au xlv" siecle, des bras de croix furent ajoutes a 
cette grande eglise en detruisant deux travees de la nef a droite et a 
gauche. A Senlis, meme disposition; la cathedrale se composait d'une 
nef avec collateraux sans transsept. L'adjonction de la croisee est la 
facilement reconnaissable. La cathedrale de Meaux, qui datait de la 
fin d11 x11" siecle, etait originairement depourvue de transscpt. A Paris 
meme, des fouilles, faites dans le prolongement des piliers du chreur 
et des traces restees visibles dans les reins de la grande voüte de la 
croisee, nous portenta croire que cette eglise avait etc conque sans 
transsept. A Bourges, enfin, dont la construction remonte aux premie- 
res annees du X1110 siecle, mais dont la composition comme plan, est 
plus ancienne (voy. (latrmizlinfuas), il n'existe pas de transsept. On peut 
donc conclure de ces faits que le programme de la cathetlrale francaise 
du X110 siecle, donne au moment ou les eveques, reunissant les efforts 
des communes, commenceront ces grandes constructions, ne demandait 
qu'une nef centrale avec collateraux, sans chalcidique, croisee ou 
transsept, et meme souvent sans chapellesLa cathcdrale francaise n'etait 
donc qu'une salle, qu'une basilique; lieu de reunion pour les citoyens, 
au centre duquel etairsnt l'autel et le trone de Peveque, la calltedrct. Re- 
marquons encore que, dans la plupart de ces edilices, a Paris, a Senlis, 
ä Meaux, ily avait des galeries superieures disposees comme sont les 
allees de premier etage de la basilique antique. Un texte vient appuyer 
ce fait de l'absence des transsepts dans les eglises cathedrales rebaties 
au moment ou l'art de l'architecture passe aux mains des laiques. 
Guillaume Durand, dans son Rational, en decrivant les diverses 
Parties de Peglises, dit (chap. 1, g 17) : a Certaines eglises sont faites en 
forme de croix n, et en pretant un sens mystique a chacune des parties 
de Teglise, depuis 1e ceeurjusqukau porche, il ne parle pas du transsept. 
01', puisqu'il observe que cc certaines eglises n etaient, de son temps, en 
forme de croix, ce dont on ne peut douter, il en existait qui n'en posse- 
daient point, et Guillaume Durand, eveque en 1285, mort en 1296, avait 
dü voir encore plusieurs cathedrales franeziises depourvfues de trans- 
Septs. L'attention minutieuse avec laquelle le eelebre prelat cherche a 
donner une signification symbolique religieuses aux divers parties de 
Peglise indique d'ailleurs les tendances du haut clerge a Fepoque ou il 
ecrivait. Ilsagissait alors d'enlever a la cathedrale, construite a l'aide- 
de circonstances plutot politiques que religieuses, le caractere civil 
qu'elle conservait dans l'esprit des populations urbaines; et, pour nous,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.